Un pool d'experts sur les tours à disposition des communes

 

 

 

 

 

 

 

De gauche à droite: Robin Winogrond, Luca Deon, Laurent Geninasca (pas de photo pour Marie-Paule Mayor).

 

Selon le communiqué de l'Etat de Vaud publié le 11 mars 2016, le Projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM) a nommé les quatre experts indépendants qui seront "mis à disposition des communes pour accompagner la conception ou aider à l'évaluation des projets de bâtiments emblématiques" (la terminologie officielle pour désigner les tours). Il s'agit de Luca Deon, architecte à Lucerne, Laurent Geninasca, architecte à Neuchâtel, Marie-Paule Mayor, urbaniste à Genève, et Robin Winogrond, architecte-paysagiste à Zurich. Désignés pour cinq ans, ils peuvent être sollicités "à n'importe quelle étape de la planification ou phase du projet". Sur mandat, ils "visiteront les sites concernés et analyseront les dossiers présentés par les communes et les porteurs de projet".

 

Le recours à ce pool d'experts n'est donc pas obligatoire, selon ce communiqué. Leur cachier des charges - que notre association a demandé deux fois au Schéma directeur de l'Ouest lausannois (SDOL), sans réponse jusqu'ici - n'est pas clair: leur avis sera-t-il consultatif? émettront-ils des recommandations? Pourront-ils remettre en cause un projet qu'ils estiment contestable, voire le principe du "bouquet de tours" présenté jusqu'ici comme "LA" solution pour Malley? Le communiqué précise que le pool s'appuyera sur les huit critères définis par la "Stratégie tours" du PALM et que leur regard "s'adaptera pour tenir compte de la variété des impacts du bâtiment emblématique envisagé". 

 

Rappelons que l'ombre portée des tours ne figure pas parmi les critères retenus par la "Stratégie tours", alors que c'est une des critiques majeures que l'on peut faire au projet de tour de 100 mètres envisagé sur la parcelle Malley-Viaduc.

 

Notre association souligne l'absence de conception d'ensemble des tours dans ce quartier: ainsi, les deux projetées à Malley-Viaduc (100 mètres et 72 mètres) n'étaient pas incluses dans le concours d'urbanisme de 2012; le Schéma directeur intercommunal de Malley n'en envisageait qu'une sur cette parcelle, sans préciser son emplacement ni sa hauteur. On ne sait toujours pas aujourd'hui combien de tours sont envisagées à Malley (il y en a eu jusqu'à six, entre 60 et 100 mètres, aucune n'est définitivement abandonnée selon les déclarations que nous avons recueillies).

 

Notre association dénonce également  l'absence de visuels crédibles montrant l'impact des tours envisagées depuis différents points de vue. cela ne concerne pas seulement les habitants de la pente montant jusqu'au parc de Valency, mais aussi ceux de Montelly, de Renens (Longemalle), etc. Les tours envisagées changeront aussi le point de vue depuis le pont Chauderon à Lausanne par exemple. 

 

Le communiqué officiel ne précise pas non plus si les experts rencontreront la population locale.

 

En avril 2015, certains conseillers communaux lausannois avaient émis des doutes sur l'utilité d'un pool d'experts après l'échec du projet Taoua. Selon "24 Heures" du 12 mars, la commune de Prilly entend faire appel à ce pool pour ses projets sur la parcelle de Malley-Viaduc.