Non à un trafic étouffant

Trafic à l'avenue du Chablais à l'heure de pointe (filmé en 2016, la situation ne s'est pas améliorée depuis...)

 

 

 

A la page 76 du Schéma directeur intercommunal de Malley (SDIM), on lit que "l’entier du secteur de Malley se situe dans une zone soumise au plan de mesures OPair 2005 de l’agglomération Lausanne-Morges, en raison d’immissions excessives de dioxyde d’azote (NO2), d’ozone (O3) et de poussières fines en suspension (PM-10)".

 

Au niveau du bruit, on lit plus loin que "les valeurs limites d’immissions du degré de sensibilité DS II, attribué aux zones d’habitation, sont dépassées jusqu’à 50 m au minimum de l’axe de l’avenue de Longemalle. Le long de l’avenue du Chablais, les valeurs limites d’immissions du DSIII sont dépassées, sur au moins 25 m. Les valeurs limites d’immissions sont aussi déjà nettement dépassées en bordure de l’axe principal route de Renens/rue de Lausanne. Sans les développements prévus par le SDIM, la situation empirera le long du réseau routier principal, avec des augmentations perceptibles des niveaux de bruit routier jusqu’en 2030."

 

Quels sont les "développements" prévus par le SDIM qui corrigeront miraculeusement ce niveau excessif de pollution atmosphérique et sonore? Voici quelques éléments de réponse:

 

  • En tête, les autorités citent l'offre abondante de transports publics: halte CFF, station du M1 et nouveau tram.

  • Elles y ajoutent le fait que les places de parc pour voitures seront restreintes (de 50% par rapport au maximum autorisé pour le plan de quartier Malley-Gare. On ignore de combien pour le reste).

  • La "requalification" de l'avenue du Chablais favorisera les bus.

  • La mobilité douce sera encouragée.

  • Le recours au chauffage à distance limitera l'augmentation de la pollution atmosphérique due aux bâtiments. 

 

Est-ce suffisant pour absorber sans dommage les 8000 à 10 000 habitants/emplois supplémentaires annoncés? Nous en doutons, voici pourquoi:

 

  • L'offre de transports public existe déjà pour l'essentiel. La halte CFF a certes de la réserve, en revanche le M1 est aujourd'hui saturé aux heures de pointe. Le tram augmentera le potentiel de passagers et leur confort par rapport à la ligne de bus existante mais ne révolutionnera pas, à elle seule, les modes de transport.

  • La politique générale concernant les places de parc dans le futur Malley est pour l'instant une inconnue.

  • L'avenue du Chablais est aujourd'hui déjà saturée aux heures de pointe, sans parler du rond-point de Provence qui l'est à 95% selon les données officielles, représentant de plus un danger élevé pour les cyclistes. Il n'y a pas de cohérence entre les feux, les traversées pour piétons hachent le trafic tout en restant parfois dangereuses et malpratiques pour les piétons eux-mêmes. Les mesures annoncées jusqu'ici paraissent faibles au regard du surplus de trafic annoncé.

  • Les mesures en faveur de la mobilité douce manquent d'ambition (lire plus loin).

 

Le plan de quartier Malley-Gare, mis à l'enquête début 2015, est accompagné d'une étude d'impact sur le trafic routier... qui se limite à cette seule zone, alors qu'elle représente moins d'un cinquième du futur quartier. Même chose pour le plan d'affectation cantonal concernant la future patinoire et piscine olympique, mis à l'enquête fin 2015: l'étude d'impact se limite à ce périmètre complété par la zone Malley-gazomètre. A chaque fois, les prédictions optimistes des autorités, appliquant de miraculeux et opaques coefficients de réduction, concluent que l'impact sera supportable.

 

Huit mille habitants-emplois supplémentaires sont attendus à Malley, sans parler d'autres développements proches. Si on additionne les gros projets à l'horizon 2040 entre Renens et Lausanne de part et d'autre des voies CFF, il en résulte une augmentation de 75% de la population. Tous prendront-ils les transports publics ou leur vélo? On peut en douter. Une étude globale de l'impact qu'auront tous ces projets sur le trafic routier notamment sur les axes nord-sud déjà très chargés comme l'avenue du Chablais et la route des Flumeaux, est indispensable.

 

Lors de la soirée d'information du 18 novembre 2015 à Prilly, la responsable du Schéma directeur de l'Ouest lausannois Ariane Widmer a dit qu'une telle étude existait. Nous l'avons demandée. Le SDOL nous a répondu qu'elle est en cours et que ses résultats seront connus à l'été 2016.

 

En matière de mobilité douce, les plans officiels accordent une assez grande attention aux cheminements à l'intérieur du futur quartier de Malley. En revanche, ils restent timoré sur les façons de relier le quartier au reste de l'agglomération, en particulier à Prilly-Centre. Cet enjeu est important si on veut éviter une zone morte, coupée de la ville. 

 

Toujours à propos de mobilité douce, il faut aller au-delà des "traitillés jaunes" pour vélos qui créent autant de nouveaux dangers qu'ils en évitent. Une politique ambitieuse en la matière repose sur des axes forts, en site propre. Il y en a deux qui s'imposent dans ce cas:

 

  • Un axe Malley - gare de Lausanne. Bien pensé, il réduira la distance à 2,5 km, à niveau, et mettra la gare de Lausanne à moins de dix minutes de pédalage de Malley, quinze minutes de Renens. Le projet présenté début février 2016 va dans ce sens.

  • Un axe Hautes écoles - Malley, résolvant les points noirs que constituent les carrefours de la Bourdonnette et de Provence.

 

Le canton de Vaud dépense quelque 150 millions de francs pour un nouveau "pôle muséal". Les communes de l'Ouest dépensent quelque 200 millions pour le complexe sportif de Malley, dont une dizaine de millions pour une patinoire provisoire. A titre de comparaison, le SDIM prévoit 26 millions de francs pour les places, parcs, arborisation, mobilité douce et les pistes cyclables de l'ensemble du secteur de Malley. Cherchez l'erreur.

FIN 2020, AUCUN PROJET DE "REQUALIFICATION" DE L'AVENUE DU CHABLAIS N'A ETE PRESENTE AU PUBLIC, ENCORE MOINS MIS A L'ENQUÊTE, ALORS QUE LE CENTRE SPORTIF EST EN VOIE D'ACHEVEMENT ET QUE DEUX PLANS DE QUARTIER ONT ETE ADOPTES !!!!

CELA SOUS-PRETEXTE QUE TOUT A PRIS DU RETARD A CAUSE DU TRAM... DONT LE TRACE A LUI-MEME FAIT L'OBJET DE CHOIX CONTESTABLES.

C'EST CE QUI S'APPELLE METTRE LA CHARRUE DEVANT LES BOEUFS...

Schéma des charges actuelles et futures de trafic (estimations officielles)