80 000 francs pour "informer et consulter"

 

Le préavis No 4-2016 au conseil communal de Prilly, concerne divers crédits pour des études d’urbanisme. Il a retenu toute l’attention de notre association.

On y lit notamment, au chapitre du Schéma directeur de l’Ouest lausannois (SDOL), que la commune participera à hauteur de 56 546 francs à différents « chantiers d’études ». L’un d’entre eux s’intitule « Malley / Mandats thématiques / Tours et espaces publics » et se monte au total à 100 000 francs (part de Prilly: 18,8%). Un autre s’intitule « Malley / Communication et concertation » et se monte au total à 80 000 francs (participation de Prilly: 18,8%).

 

Avenir Malley ne manquera pas d’interpeller le SDOL sur la façon dont seront dépensés ces 80 000 francs, quelle part à la « communication » et quelle part à la « concertation ». Nous n'avons évidemment pas de pareilles sommes à disposition pour faire entendre notre point de vue!

 

L’expérience faite jusqu’ici rend méfiant. Les quelques séances publiques d’information organisées jusqu’ici par le SDOL et les communes étaient largement à sens unique et n’ont pas touché les premiers habitants concernés, comme le montrent nos contacts fréquents dans les quartiers environnant Malley. A notre connaissance, un seul questionnaire à la population a fait l’objet d’un dépouillement, il y a plusieurs années, et ses données sont dépassées.

Le 18 novembre 2015 à la grande salle de Prilly, les habitants ont eu en face d’eux une brochette d’officiels qui semblaient surtout soucieux d’évacuer les questions critiques, certains n’hésitant pas à glisser quelques attaques personnelles dans leurs réponses. Les habitants des immeubles les plus touchés - sur Lausanne - n'ont pas été invités.

 

A Malley même, il n’existe aucun pavillon d’information, mais quelques panneaux ornés de slogans comme « Malley s’éveille », complétés par des « installations artistiques » qui s’apparentent plus à du marketing qu’à une information digne de ce nom.

 

Ce sont en définitive les contribuables des communes concernées qui financent ces opérations de communication peuvant aller contre leurs propres intérêts. Notre association veillera donc à ce qu’on ne prenne pas les citoyens pour des gogos.

 

Le travail du SDOL est sans doute utile, comme nous le rappelons ici. Il a aussi un coût. Selon le dernier bilan publié (2014), les frais de fonctionnement se sont élevés pour cette année-là à 920 000 francs. Le compte « études s’est monté pour sa part à 931 000 francs. Depuis la création du SDOL en 2004, la commune de Prilly a payé, outre sa quote-part des frais de fonctionnement, plus de 1,1 million de francs pour co-financer différentes études et rapports.

 

Encore une fois, il s’agit d’argent public, payé par les contribuables. Le moins qu’on puisse exiger en retour est véritable transparence, et non les trompeuses simulations et autres « vues d’artistes » à propos des tours, ou les études fragmentées sur le trafic. De plus, les urbanistes doivent se mettre à l’écoute de la population et non se retrancher dans leur tour d’ivoire.

 

Révision du plan directeur

 

Un autre préavis communal (No 1-2016) demande un crédit d’études pour la révision du plan directeur de Prilly, en concertation avec les communes voisines – ce qui est une bonne chose. Nous aurons l’occasion de reparler de ce grand chantier.

 

Retenons-en à ce stade le passage suivant, qui fixe les grandes priorités:

 

« Les enjeux principaux pour la Ville de Prilly sont :

 

- permettre les principes envisagés par le PGA en cours d'examen préalable;

 étudier l'urbanisation des terrains en zone agricole situés au Nord de la commune entre le "Chalet Mignon" et le CAB (Centre administratif bancaire), en lien avec la nouvelle Loi sur l'aménagement du territoire (LAT);

- profiter de l'arrivée du BHNS (bus à haut niveau de service) pour renforcer le centre de la localité et la qualité des espaces publics;

- développer le réseau des cheminements publics (PDCom);

- profiter de l'arrivée du tram pour renforcer les espaces publics et favoriser les franchissements sur le secteur du Viaduc et du Centre sportif de Malley;

- favoriser le développement du secteur de Malley-Centre sur la base des objectifs du SDIM (Schéma directeur intercommunal de Malley);

- renforcer les connections TIM (Transports individuels motorisés) Nord-Sud afin de soulager le centre de la localité;

- renforcer les conditions d'accueil de la nouvelle zone sportive de Malley;

- maintenir le ratio habitants-emplois stable;

- stabiliser la croissance à 14'000 habitants;

- renforcer les liens entre les quartiers d'habitation et le centre de la localité, et entre les quartiers eux-mêmes. »

 

Parmi les plans de quartier concernant l’avenir de Malley, nous suivrons particulièrement ceux du Galicien et du Viaduc, ainsi que la requalification de l’avenue du Chablais.