Réactions ? Propositions ?

 

Pour éviter des abus constatés lors de la campagne référendaire sur Malley-Gare, seuls les commentaires signés (nom, prénom, adresse) sont désormais pris en compte. Le formulaire ci-dessous est à votre disposition.

(Les messages injurieux ne seront pas publiés)

Commentaires:

30.11.2016

Un grand MERCI au soutien de chacun

Salut à toutes et à tous. un grand MERCI au soutient de chacun et à l'association Avenir Malley , ainsi qu'à son équipe de militants,es qui ont tenus jusqu'au bout de cette campagne, face à un Oui Parfois agressif et menaçant. Souvent manquant de fair-play. Notre persévérance (car j'y ai participé), malgré le petit effectif et les petits moyens à été un succès. 41,5 % ce n'est pas rien, c'est même beaucoup et j'espère que les politiciens et promoteurs le prendront en considération. En plus, après avoir entendu des personnes (Suisse) de plus de 75 ans et des étrangers pouvant voter dans la commune avoir reçu une lettre signé du syndic, les incitant à dire Oui. Nous dise avoir été sous l'emprise du pouvoir. Je ne me considère pas comme perdante. Avenir Malley à su et à permis à ce que la population soit mise d'avantage au courant, puisse un peu y participer et dire son mot. Elle à permis à ce que des choses cachées soit mises au grand jour. Comme l'échange de terrain avec Lausanne et les CFF, la pression du canton pour densifier, les enjeux économiques, le terrain contaminé etc. Elle m'a permis de me rendre conte, de l' inconscience de certaines personnes à vouloir densifier à outrance à n'importe quel prix et qu'il y a dans plusieurs commune ,ville ou village des gens qui se mobilisent pour freiner ce massacre. Vivre ensemble et en harmonie c'est respecter l'espace vital de chacun et non s'entasser les un sur les autres. Je reste convaincue qu'il y a dans ce monde assez de place et de moyen pour que chacun puisse avoir son espace tout en se respectant les uns les autres et en respectant notre belle planète. IL faudrait juste abolir le pouvoir , cesser de vouloir dominer et faire place à plus d'humilité.. JJ

28.11.2016

Il y a un malaise à Prilly

Le projet des tours est donc passé et la municipalité crie victoire. Je fais partie des « opposants aux arguments mensongés » (selon l'orthographe des partisans), des « égoïstes du quartier des Baumettes », des opposants au « catastrophisme » débordant et des destinataires d’une lettre du CISIP qui est tout sauf démocratique. Et je dois dire que cette campagne m’a laissé un goût amer. Pourtant j’ai commencé cette campagne avec un avis relativement neutre. Certes je n’étais pas d’accord avec le projet mais j’appréciais la façon dont la politique est faite ici. La démocratie semi-directe qui permet aux personnes de donner leur avis et de créer un débat constructif. Ça c’est la théorie et elle me plaît beaucoup. C’est la première campagne à laquelle je participe activement et je découvre la pratique avec stupeur. Tout a été fait pour discréditer les opposants et les faire taire. La politique discriminatoire et anti-démocratique mise en place par la municipalité pendant cette campagne va laisser des traces, c’est sûr. C’est une situation « perdants-perdants ». Nous avons perdu car le projet des tours est passé sans pouvoir être modifié mais je pense que la municipalité a perdu beaucoup également. Elle a, en tous cas, définitivement perdu ma confiance. Je suis certes une déçue des verts mais également une déçue de tous les autres partis politiques. L’heure maintenant est à la mesure de l’ampleur des « dégâts collatéraux »…

24.11.2016

Méfiez-vous des vagues promesses flatteuses

Cette fois-ci c'est au tour des opposants d'Avenir Malley de publier une tribune libre dans le 24heures. Première réaction, sur la forme, j'ai quand même sourit en repensant à une publication hier de J-C.P se plaignant d'une inéquité de la part de 24 heures, car ils avaient laissé les partisants publier une tribune libre et pas eux. Justice rendue donc... Deuxième réaction, sur le fond. M. Dottrens pour sa dernière salve dans les médias exprime toute sa joie d'avoir partagé, recueillis tant d'avis avec la population de Prilly durant la campagne. Et il promet de publier les jolis dessins qu'on lui fera parvenir sur leur site, afin de construire tous ensemble le futur quartier de Malley une fois que ces "horribles tours" auront été balayées en votation! Alors là on touche le fond niveau populisme. Dessiner des immeubles, des rues, c'est un métier. Déjà qu'ils se plaignent du flou artistique qui soi-disant entoure ce projet, alors comment feront-ils pour concillier toutes les idées soumises, entre elles et entre les contraintes techniques, sécuritaires (ligne cff), urbanistiques (circulation/mobilité), politiques et économiques. Une fois tout cela réalisé, il faudra encore convaincre les propriétaires de bien vouloir réaliser et payer tout ça... C'est juste du pure délire... mais au moins, si ils passaient par tout ça, ils réaliseraient, ces opposants, par quoi sont passer les autorités de Prilly, et pourquoi il leur a fallu 10 ans pour en arriver là. Prilly tient aujourd'hui un projet. C'est un compromis, chacun pourrait lui trouver des défauts. C'est juste la réalité, il n'y a que par soi-même qu'on est parfaitement servis. Le seul problème, c'est qu'on est jamais seul à décider. Il y a toujours un revers à la médaille. Enlever les tours en conservant la densité reviendra à supprimer des espaces publics au sol. Baisser la densité engendrera un plus grand étalement et influera à la hausse le besoin de mobilité en général de l'agglo. C'est la quadrature du cercle. Maintenant, que les prillérans choisissent! Surtout, j'espère qu'ils le feront en toute connaissance de cause, et pas sous le coup de vagues promesses flatteuses provenant d'un groupement citoyens à la langue certes bien pendue, mais qui ne se sont jamais confronté à la complexité d'un projet urbanistique de cette taille, à cheval sur 2 communes, situé dans une zone qualifiée de stratégique par le Canton et en mains de plusieurs propriétaires privés.

23.11.2016

Le trafic nord-sud deviendra quasiment impossible

Le trafic dans l'axe nord-sud deviendra quasiment impossible à cause des lignes de tram et des nouvelles lignes de bus. Etant donné que la voiture sera toujours un moyen de transport en expansion, la solution est de reporter le problème plus loin: sur l'autoroute de contournement qui deviendra un périphérique, comme à Paris. Et comme à Paris, la circulation sera très dense (pour rester poli). La Confédération a promis d'octroyer 5 milliards dans le but de développer cette autoroute. Cela ne va pourtant pas freiner l'expansion de la voiture comme moyen de transport. Et pouvez-vous imaginer des personnes à cols blancs ou bleus debout dans les transports publics aux heures de pointe? Car les heures de pointes existeront toujours. Bâtir des tours pour y loger des travailleurs dans des bureaux en grande augmentation va générer beaucoup plus de déplacements. Et de dire que ces travailleurs vont habiter dans le quartier, c'est illusoire. Une zone piétonne sur l'avenue du Chablais, qui peut l'imaginer, à part des théoriciens loin de la réalité?

22.11.2016

La Suisse n’est pas la Corée du Nord

On nous parle de la défense des intérêts des opposants. Défendre la qualité de vie face à la fuite en avant (consommer toujours plus, toujours plus haut, toujours plus de monde, etc.) est un combat qui prend tout son sens quand la Suisse – encore plus que ses voisins – doit se préparer au changement climatique. Un petit rappel : un taux de croissance démographique de 1,4 % signifie que le canton verra sa population augmenter par un facteur de 3,8 sur 100 ans. Que ferez-vous une fois que vous aurez bétonné le dernier espace libre de la commune ? Les villes en hauteur jolies et agréables ? Hum… chacun est libre de ses critères esthétiques, pourquoi en faire des vérités absolues à imposer aux autres à tout prix. Les opposants seraient contre la densification ? Prilly (ainsi que Renens) est déjà une des villes les plus peuplées de Suisse. Peut-être pourrions-nous faire un effort d’homogénéisation à l’échelle de l’agglomération, non ? Le canton en retard ? Fathi Derder nous loue l’extraordinaire vitalité du canton dans le 24 h du 10/11. Qui croire alors ? Démocratie excessive mise en échec par des amateurs ? Mais on trouve parmi les opposants des ingénieurs, des architectes, etc. Pas vraiment des amateurs du café du commerce. Comme en Corée du Nord, la vie de quelques-uns serait plus simple sans opposition… mais il s’agirait d’une nomenklatura. La démocratie semble bien fragile quand on voit ici et là la façon dont bien des partisans du oui pensent et agissent. Cela augure mal « d’un plus beau jour le retour. »

Réponse de JM:

En acceptant la LAT vous avez accepté de construire plus haut, plus dense, la Suisse doit construire 40'000 logements/emplois par ans et le but et de construir la ville en ville pour conserver nos campagnes, je rappelle que c'est vous qui l'avez accepter. Il faut savoir que dans 100 ans toutes les communes de la région seront unifiés sous "Lausanne" on parlera de prilly comme d'un quartier ce qui est logique vu la taille de la commune, quand il y a plus d'espace sur la commune on rajoute des étages sur les immeubles existant. Les villes en hauteur sont agréables pour une majorité ( villes Australiennes et Canadiennes les plus agréables au monde et pourtant il y a des tours) et en démocratie c'est la majorité qui l'emporte. Dans une commune de 2,19 km2 en plein dans une agglomération pas compliquer et bien obligé de construire dense, sinon moi je peut prendre le centre de Lausanne qui fait la même taille ça sera bien plus dense que prilly. Le canton est en retard en infrastructures, et également sur l'application de la LAT. Sans parler de la sacro-sainte vue sur le lac... N'oublions pas que toute vue "bouchée" est une vue recréée depuis un autre point de vue. Une fois des plus les intérêts personnels avant ceux de la communauté. Ensuite, c’est faut que les CFF ne remplissent pas les immeubles qu’ils construisent. Il faut bien savoir qu’ils ne lancent pas leur construction sans être à peu près certains de les remplir entièrement, comme on a pu le voir à Lancy Pont-Rouge. Ça n’a ainsi rien à voir avec de la magie. Alors, contrairement à ce que prétendent les opposants, les façades ne seront pas couvertes de bâches «A LOUER». La démarche n’est évidemment pas la même que pour Genève qui décide un jour de construire une poignée de tours au cœur du PAV, et cherche ensuite qui pourrait s’y intéresser, notamment pour les deux plus hautes.

Réplique:

Voter en faveur de la LAT ne signifie qu’on donne un  blanc-seing aux autorités locales pour aménager à tout-va. Vous apportez vous-même la réponse au problème de la croissance démographique : construisons selon les besoins naturels et adoptons en conséquence le bâti (vous ne faites que déplacer le problème de façon temporaire sans le résoudre). Vous parlez du Canada (4 hab/km2 contre 202 pour la Suisse !). Avez-vous habité à Vancouver ? Une ville « agréable » aux loyers exorbitants, à la circulation routière très dense (en dépit du réseau) en l’absence d’offre décente de transport public, etc. Le succès de la région lémanique est justement d’offrir une qualité de vie sans égale (ou presque) ; allez discuter avec tous les expatriés nord-américains. Il faut revoir vos critères. Vous parlez des infrastructures. Et oui il ne suffit pas seulement de bâtir des immeubles. Question : compte tenu du prix des infrastructures lourdes nécessaires (CFF, hôpitaux, écoles, routes, etc.) dans un environnement naturel complexe (Lausanne n’est pas bâtie sur une plaine comme les villes auxquelles vous faites allusion) et compte tenu de l’emprise foncière, qui finance ces infrastructures dans un contexte de diminution des entrées fiscales des entreprises ? Vous parlez de vue sur le lac. Les seules personnes qui auront une vue dégagée sur le lac seront les heureux propriétaires des penthouses des tours prévues. Au final, malgré nos désaccords sur le modèle de société (le vrai débat derrière le problème de ce qu’on veut faire à Malley), nous sommes au moins d’accord sur quelques points, dont la primauté de la volonté populaire (j’accepterai le résultat des urnes). Comme quoi on peut être pour la LAT, pour une agglomération du grand Lausanne, mais vouloir autre chose pour Malley.

22.11.2016

Enervant...

Tout pour faire capoter le moindre projet pour les futures générations alors que la votre a pu se construire sa petite villa au milieu des champs en plus de petit châlet à la montagne. Je préfère voir s'installer des entreprises là-bas, près du M1 et de la gare de Malley qu'à la campagne à Eysin ou Eloy. Entre des bureaux mal desservis par les TP comme ceux des Business center de Bussigny, Etoy ou Eysins et ces bureaux tout près de la gare de Malley, du M1, des bus, du futur tram,de l'EPFL dans un bel objet architectural, lesquels seront vraiment vides? La réponse est dans la question!

Réponse de AC:

Combien de Prillérans vivent dans une maison et ont un chalet à la montagne ? Cela doit se compter sur les doigts d’une main. On confond Prilly et Lutry… Penser pour les générations futures demande de ne pas regarder la plus-value sur le court terme, mais regarder à plus long terme, entre autres choses, prendre en compte les risques. Ce ne sont pas les défis qui manquent pour la Suisse (approvisionnement énergétique et changement climatique parmi les plus prégnants). Le canton peut-il continuer à subir cette croissance très forte (sans commune mesure avec les pays voisins) sans en payer un jour le prix fort ? Ceux qui pensent que oui devraient regarder ce qui s’est passé lors de la crise dite des « subprimes » de 2008 (dont le monde n’est pas encore sorti) : croissance effrénée de l’immobilier américain, mise en garde de quelques (rares) experts financiers, « on a tout prévu » répondent banques et autorités. Depuis l’Athènes de l’âge classique, la politique de la démesure (hybris) n’a eu de résultats positifs que sur le court terme… Le seul argument du « oui à Malley » semble être tourné uniquement sur l’emploi : bétonnons, faisons venir des entreprises, et des gens encore. Et tout le reste des problèmes, on les occulte. Répétons-le : une politique de la ville passe par un équilibre démographique (l’est lausannois à 1000 hab/km2 contre l’ouest lausannois à 6000 ou 7000 km2), des capacités de mobilité adaptées (mobilité douce : le parent pauvre malgré les beaux discours), etc. Bref tout ce qui manque ici.

21.11.2016

Le diktat des Zurichois

Le site des partisans de Malley-Gare vient d'annoncer que le projet a reçu le soutien de M. Pierre Feddersen, architecte zurichois et qui n'est autre que l'auteur du schéma directeur de l'Ouest lausannois dont se targuent les disciples d'une densification outrancière et socialement dangereuse de notre agglomération. Rappelons que le contenu de ce document n'a jamais été soumis à un corps législatif et encore moins à un scrutin populaire ! Il semblerait donc que les adeptes anonymes d'une démocratie excessive préfèrent être à la botte des Suisses alémaniques et prendre leurs ordres à Zurich.

Jean-David Monribot.

21.11.2016

On commence à en avoir marre de cette démocratie excessive

J'espère bien que ce projet va passer. On en a marre de ces opposants qui veulent uniquement servir leurs propres intérêts! Les villes construites en hauteur sont très jolies et il faudra bien s'y mettre un jour ou l'autre. Vous tentez de repousser un processus qui s'est mis en place un peu partout (densifier les centres et ainsi réduire les zones villas qui s'étendent sur les campagnes). C'est à cause des personnes comme vous que l'on a toujours 10 ans de retard sur la Suisse alémanique ou l'étranger. Et on commence à en avoir marre de cette démocratie excessive ou tout le monde interagi pour faire capoter des projets qui ont été étudiés par des professionnels (architectes, ingénieurs, etc... et non pas des amateurs) et qui ont un seul but: faire avancer et moderniser cette vieille friche pourrie!​

17.11.2016

Le terme "d'expert" est galvaudé

En tant que spécialiste des risques naturels, enseignant la gestion des risques dans l’aménagement du territoire, et étant intervenu sur cette une multitude de cas depuis 22 ans, permettez-moi d’apporter un éclairage : (1) En tant qu’expert pour des gros projets, j’ai vu des expertises servir à cautionner exactement l’inverse de la question qui m’était posée ou bien à l’opposé de la solution technique adaptée au cas en question ; l’expertise peut servir d’alibi. (2) Le terme « expert » est galvaudé, on l’emploie à toutes les sauces, cela ne dit rien du degré de compétence. (3) Le temps où l’expert arrivait portant la saint parole est révolu (voir interview de Jérôme Chenal dans 24 heures du 04/11 p. ex.) en grande partie car les cas où les experts se sont lourdement trompés sont légion. (4) Les exemples de prise de décision (publique) absurde sont également nombreux en partie parce que les problématiques sont de complexité croissante (et donc insaisissables par un seul individu ou groupe d’individus), mais aussi parce que bien des projets ne sont pas vraiment discutés (victimes du « groupthinking »). Le succès de la COP 21 tient à ce que la parole n’a pas été confisquée par quelques-uns, qu’on n’a pas cherché à obtenir un consensus mou, mais qu’on a mis en place un système efficace de négociation et d’échange d’information. (5) Contrairement à des sujets très techniques comme le nucléaire, l’aménagement du territoire fait partie des sujets où la « sagesse des foules » est le plus à même d’apporter la réponse optimale. C’est un de ceux où les éléments techniques sont les plus parlants pour l’ensemble de la population. Lecture conseillée : Collins, H., Are we all scientific experts now?, John Wiley & Sons, 2014.

17.11.2016

Vous auriez dû réclamer un référendum pour...

Bizarrement, les gens coincés dans les bouchons ne se disent jamais qu'ils font partie intégrante du problème. Outre renoncer au maximum à la voiture, je pense que construire des bureaux et des logements à proximité des gares et autres tp est la solution. En ce sens, les Autorités de Prilly sont dans le juste. Certes vous faites des propositions. Mais votre action concrète est CONTRE un projet qui vise à densifier un quartier idéalement situé. Qu'alors vous auriez pu réclamer un referendum POUR un axe fort de Transports publics sur l'axe nord sud à Prilly. Ou POUR une meilleure liaison piétone sur la route de Renens. Ceci aurait été constructif, aurait contribué à l'amélioration des choses. Mais là, si vous gagnez, tout ce que les politiques retiendront, c'est que ce sont les tours qui ont fait perdre la votation. Un nouveau projet sans tour sera remis sur les rails, au mieux et sans plus. Le NON étant soutenu par l'UDC, on peut même craindre que le nouveau projet comportera un parking géant pour les voitures, vu que c'est le credo de ce partis en matière d'urbanisme...

15.11.2016

Parcours du combattant

Il est 18h. J'ai mis 12 min pour parcourir 500m du sous-voie du CIGM à la Halte CFF. Et je suis chanceuse, contrairement à hier soir, il n'y a pas de match ! Je vous fais grâce de la suite du parcours. Il s'agit bien de l'axe nord-sud n'est-ce pas ? Messieurs les municipaux, vous qui traitez les opposants de menteurs, vous n'avez sûrement pas besoin de vous rendre sur cet axe à cette heure là, sinon vous réfléchiriez un peu plus avant d'asséner des énormités sur l'avenir brillant de Malley et les miracles de la mobilité douce malgré des milliers d'habitants supplémentaires. Les opposants au moins sont réalistes et proches de la vie quotidienne des citoyens. De qui vous moquez-vous ?

15.11.2016

Pourquoi toujours douter des experts?

Ce qui m'agace est qu'il y a une tendance à attaquer les capacités d'analyse des architectes/ingénieurs/urbanistes, en disant que ceux-ci ne sont même pas capables de voir des déficiences dans les projets que même eux sont capables de voir. Je m'étonne alors, si les experts n'ont sont pas et que ce domaine est si facile à comprendre, qu'ils n'en ressort aucune proposition. Cela ressemble à un éternel débat du café du commerce. On entendrait très bien tout et son contraire. Exemple : Pas assez de logements. Mais en cas d'accidents, on entendrait les mêmes expliquer que les planificateurs sont des imbéciles car n'importe qui peut comprendre qu'il est idiot de construire des logements près d'une voie de chemin de faire bruyante avec du transit de matières dangereuses. Et effectivement tant que les opposants aux projets ne feront pas de proposition, ils resteront dans la position facile de ceux qui n'ont pas à faire de compromis et qui peuvent se permettre de penser selon des modèles de pensée géographiques qui ont bien vieillis. Et ceux-ci ne peuvent changer que si l'on se renseigne sur les évolutions des théories de l'urbanisme. On fait souvent opposition entre la théorie et la pratique, mais dans un domaine où l'on construit pour des décennies, il est essentiel d'avoir des visions, des idées qui donnent une direction aux projets. Et cela ne se fait pas sans réfléchir et prêter attention aux aspects théoriques et scientifiques. Ca m'a fait sourire la partie où l'opposant dit qu'on ne parle que de Malley-Gare (pour essayer de montrer qu'il y a trop de bureaux à son goût sans considérer les autres PQ avec essentiellement des logements) qui est le sujet de la votation. Du coup tous les arguments et montages avec la "forêt de tour" ne sont pas valables puisque pas partie du PQ Malley-Gare? Ou alors dans ce cas on doit comprendre tout le périmètre? C'est un peu symptomatique de ces débats ouverts, on prend ce qui nous arrange quand ça nous arrange. Ce qui est triste c'est que les médias et modérateurs ne fasse pas un peu la police au milieux.

Réponse: Curieusement, les partisans du plan de quartier Malley-Gare ne nous demandent jamais SI NOUS AVONS des propositions à faire, mais partent du principe que nous n'en avons pas. Ce que dément l'onglet "propositions" de ce site, ainsi que plusieurs discussions et documents que nous avons distribués. Mais le but des partisans n'est apparemment pas d'écouter, juste d'essayer de discréditer - c'est l'arme des faibles.

Il en va de même pour l'argument selon lequel nous oserions douter de la compétence des "spécialistes". Eh bien oui, nous en doutons, à raison, après avoir passé des mois à demander des documents (études de trafic, plans, coupes et photomontages exigés par la "Stratégie pour l'implantation des tours") que l'on persiste à nous refuser, quand nous ne nous heurtons pas à de simples mensonges.

"Dix ans de travaux", nous dit-on, pour arriver à des projets concernant Malley dont une partie reste sciemment cachée du public, c'est une faute professionnelle, pour rester poli.

Jean-Claude Péclet

9.11.2016

Un style paternaliste

Quand le syndic M. Gillièron écrit dans sa lettre du 26 octobre à tous les 'vieux' de Prilly dans un style paternaliste qu'il a besoin de notre soutien, j'y perçois une ressemblance avec la campagne électorale américaine. Où l'argument "faîtes-nous confiance, nous savons mieux que vous ce qu'il vous faut" n'a pas fait mouche. Le conseil municipal et le conseil communal en s'alignant comme un seul homme (à une exception près) derrière le syndic, partagent à l'évidence cette attitude.

9.11.2016

Multiplier le nombre d'étages n'est pas toujours la meilleure solution

Dernier rapport sur la Suisse face au changement climatique (publié par l'Académie suisse des sciences naturelles), passages choisis : "On pense souvent qu’une densification s’obtient en multipliant le nombre d’étages des bâtiments. Ceci n’est toutefois pas toujours la meilleure solution, s’il s’agit d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire les émissions, car les constructions élevées doivent être suffisamment espacées pour permettre le captage de la chaleur et de lumière solaire." "Les infrastructures vertes et bleues concourent à créer un climat plus agréable, à une meilleure qualité de l’air et offrent des sites de détente tout proches. Les infrastructures vertes comprennent la végétation et les zones de verdure urbaines. Ces dernières vont des parcs et forêts aux tracés de trams et aires de stationnement recouverts d’herbe. Les toitures et façades vertes, ou encore le jardinage urbain, font également partie des infrastructures vertes. "

AC

4.11.2016

Je ne vois pas en quoi le projet présenté se distingue sur le plan écologique

Ayant suivi le débat du 3 novembre, je relève que la plupart des intervenants sont d’accord sur deux points :

• lutter contre le « mitage » du territoire en densifiant le bâti urbain,

• mettre l’accent sur les transports en commun (au détriment des moyens privés de transport à moteur).

C’est déjà cela. Le point d’opposition qui cristallise les passions est donc la forme que l’on souhaite donner à la ville du XXIe siècle et, plus prosaïquement ici, quel projet urbanistique pour la friche industrielle de Malley. C’est là qu’il est intéressant de voir les arguments factuels des uns et des autres. Malheureusement, ce débat n’a que partiellement lieu. (...) La figure rhétorique dite de l’épouvantail (c.-à-d. « vous êtes contre le projet de tours » = « vous êtes contre l’évolution du plan de quartier) n’est jamais un signe de qualité du débat. (...) Quand je reprends les arguments du pour et du contre, je note les points suivants :

• Une densité de 650 personnes/ha (65 000 personnes/km^2) fait partie des valeurs très fortes d’occupation du sol. Pour donner une comparaison, le pays le plus peuplé au monde est Monaco avec 38 000 habitants sur 2 km^2 (Prilly a 12 000 hab pour la même surface), soit 190 hab/ha. Parmi les mégapoles, Tokyo, New York, et Paris ont une densité de 450, 110, et 111 hab/ha respectivement. Pour la Suisse, la ville la plus densément peuplée est Genève avec 127 hab/ha. Parmi les villes suisses les plus peuplées, 8 sont en Suisse romande, 2 en Suisse alémanique (Bâle avec 70 hab/ha, Zürich avec 42 hah/ha). Le Prilly actuel est la 8ème ville la plus peuplée de Suisse, avec 54 hab/ha.

• J’ai regardé le site de labellisation 2000 W. Les critères de qualification sont très généraux. Je note aussi que parmi les 20 sites retenus pour l’heure, aucun – hormis Malley – n’a d’immeubles de grand gabarit. (...) Je ne vois pas en quoi le projet qui nous est présenté se distingue sur le plan écologique. Tout projet urbain proche d’une gare et de moyens de transport public a toutes les chances de se voir décerner un tel label.

• Dans le débat de jeudi soir, il semble qu’on laissait au citoyen le choix entre des tours ou rien (« pas de plan B » a dit Mme Joly, « on perd 10 ans » nous dit le syndic). Cela semble bien étonnant. Un programme national de recherche (PNR 54 financé par le FNS) a étudié le problème de la densification du tissu urbain. La solution des tours n’est pas franchement celle qui se dessine comme LA solution au problème posé. Parmi les réalisations récentes d’éco-quartier soutenues par la Confédération, ce sont des réalisations à taille humaine (Carré vert à Genève ou Ecoparc à Neuchâtel qui sont mises en avant.

• Lors du même débat ont été évoqués les problèmes de trafic. Ce qui est notable pour l’usager (quel que soit le mode de transport), c’est l’inadéquation des structures actuelles et l’insuffisance des infrastructures au regard de la densité des déplacements. Pour moi qui me rend tous les jours sur le campus à vélo ou à pied, c’est un peu le « salaire de la peur ». Pour les automobilistes, des problèmes similaires se posent. L'autoroute souffre de saturation chronique. En dehors du fait que l’heure n’est plus aux investissements routiers lourds, le délestage de l’autoroute par la création de nouveaux axes ou l’élargissement des voies a un coût financier colossal. Bref, sur le plan du développement économique (les bouchons ont un coût), il y un problème qui n’a reçu qu’une réponse partielle. Lors du débat de jeudi, on a surtout parlé de solutions futures (plus de pistes cyclables, de nouvelles bretelles, etc.), mais cela ressemble un peu à un plan sur la comète

• M. Mattia évoque ici la nécessaire symbiose entre emploi local et logement : « Chez les Verts, nous pensons que la qualité de vie pour tous passe par des quartiers où l'on peut habiter, travailler, avoir accès à des services et des produits sans avoir à prendre sa voiture ». Je suis d’accord avec lui, mais la difficulté est que la mobilité n’est souvent pas un choix personnel pour les familles. Rester au même endroit, avoir un emploi stable sur quelques décennies et à côté de chez soi n’est plus vraiment dans l’air du temps. D’autres n’ont simplement pas le choix. Le débat me semble plus complexe qu’un simple problème de desiderata personnels.

• Ce que l’on aurait aimé de la part des politiques c’est qu’ils communiquent sur leur vision d’ensemble de la problématique, pas uniquement sur LA solution qu’ils ont retenue, afin de mieux comprendre les tenants et les aboutissants. Même quand l’ancien conseiller d’Etat François Marthaler a pris la parole jeudi soir, c’est pour exhorter à faire confiance aux autorités locales plutôt que d’expliquer le pourquoi du comment. A titre personnel, je serais bien plus convaincu par un projet qui respecte le site, qui ait une taille humaine, qui ait un schéma de desserte réaliste, qui remette de la verdure dans un univers très bétonné, et qui garde un potentiel de développement pour le futur (donc n’occuper qu’une partie de la friche en végétalisant le reste).

AC

4.11.2016

Dites-moi que c'est une blague...

C'est sûr, les gens iront en train, bus métro et bientôt le tram et même en vélo... Je rigole bien de les voir sur leur vélo avec leur gros sacs et je ne parle pas des enfants hockeyeurs avec leur sacs lourds et plus grands qu'eux, à vélo. Ha! Ha! Ha!. Dite moi que c'est une blague, que j'entends, et vois mal.Dites-moi que c'est une blague.. Parce que, lorsque l'on me dit qu'il n'y a pratiquement pas de place de stationnement prévu pour les futurs employés, habitants, spectateur et sportifs, c'est de la folie. Je vous le dit, faut pas rêver, par facilité, confort et économie, bien des personnes se déplaceront en voiture. et je suis de plus en plus convaincue que le covoiturage va augmenter. partager les frais du transport, c'est bien meilleur marché que nos transports publiques . Que je trouve à mon avis devrait être gratuit pour tous les usagers.

4.11.2016

Les tours, une catastrophe écologique

Contrairement à ce que prétendent certains membres du parti "Les Verts", les tours sont une catastrophe écologique, pour plusieurs raisons : La hauteur de la tour engendre une pollution liée à une surconsommation de chauffage, car les vents sont tout simplement plus élevés en altitude. La construction d'un tour demande beaucoup plus de matériaux (50 %) pour renforcer les structures. Les dépenses d'entretien sont plus élevées. Quant aux coûts de démolition, ils sont exorbitants, en particulier au niveau des déchets de matériaux. Les batteries d'ascenseurs, les ventilations, la climatisation, les installations de sécurité engloutissent de grande quantité d'électricité et réduisent d'un tiers le volume de surface utile. Quant à la prétendue libération du sol, elle est réalisée au détriment des ombres portées, des vents tourbillonnants descendants, des dégradations des alentours et de la vie de quartier : les espaces verts libérés n'ont plus guerre d'attraits. Certains Verts confondent densité quantitative et densité qualitative. Ce sont les mêmes qui, pour faire moderne, tentent de dégrader notre territoire très exigu par une volonté d'implantation de gigantesques et stupides éoliennes. En conclusion, un habitat bien pensé, à taille humaine est nettement plus favorable et ce quel que soit le label énergétique. Quant au nombre d'habitants par surface utile, il faut insister sur le fait que Paris est plus dense que Manhattan, comme l'a précisé l'architecte Ivo Frei (L'Hebdo, 10 avril 2014, page 23).

Jean-David Monribot

Réponse de General E:

Comparer la densité d'un quartier avec celle d'une ville, ce n'est pas correct. Certes, le PPA Malley-Gare est plus dense que Geneve par exemple, cela dit c'est sans compter le parc prévu sur le PPA voisin (Malley gazomètre). Il faut donc comparer ce qui est comparable. Une ville comme Prilly restera moins dense que Geneve (et de loin) même avec le future projet. Pour la question des transports, ce n'est pas en laissant des friches au centre ville située à côté d'une gare, d'un métro, d'un futur tramway qu'on résoudra le problème. Malley gare apporte une réponse en proposant de mettre des emplois au coeur de la ville, à côté de logements et de transports publics. Ce n'est peut-être pas cela qui va tout résoudre, mais c'est un pas dans la bonne direction pour diminuer les besoins de mobilité. Pour le futur, il restera encore beaucoup de surface à exploiter, rien qu' à Malley. Le PPA soumis au vote n'est qu'une première partie, et même quand les deux autres seront réalisées (viaduc et gazomètre) il restera des terrains à construire à proximité. Rien que l'ancien site Bobst offre d'énorme possibilité. Le label 2000 watts est extrêmement limpide, il implique des bâtiment economes en énergie. Ces futurs tours, malgré ce que certains veulent bien dire, consommeront moins d'energie que n'importe quel bâtiment de Prilly construit avant l'an 2000. Le modèle de tours n'est pas le plus econome en energie au monde, certes, mais on parle là de 5 bâtiments (2 en lien direct avec la votation de novembre)! Elles se justifient comme symbole architectural, de repère urbain d'une centralité et de dégagement d'espace au sol. En tout cas pas comme nouveau modèle pour le developpement urbain en général, partout et tout le temps.

Réplique à General E.

Les Prillérans votent sur le PPA Malley-Gare et rien d'autre. Les vagues considérations sur de futurs PPA n'ont aucune valeur juridique en l'état. Les citoyens ont du reste malheureusement l'habitude d'être trompés. Les emplois et les logements peuvent être créés sans construire de tours, comme le problème des transports peut être résolu sans l'édification de gratte-ciel, bien au contraire. Le prétendu label 2000 watt est un leurre. Cela équivaut à obtenir une homologation pour un véhicule non encore construit et dont on connaîtrait même pas le modèle ! Au demeurant, il ressort du rapport énergétique du PQ Malley-Gare, pages 11 et 12, que l'objectif n'est pas celui de la société 2'000 watts (année 2150), mais bien celui intermédiaire de 3'500 watts (année 2050). Dans les deux cas, il ne s'agit pas de consommation effective mais de but à atteindre. En d'autres termes, ces objectifs ne sont tout simplement pas contraignants pour le constructeur... Enfin, personne ne conteste le fait que la zone industrielle de Malley doit être densifiée, mais il ne s'agit pas de faire n'importe quoi, au détriment des citoyens de toute l'agglomération lausannoise.

Jean-David Monribot

3.11.2016

Où seront les places de parc?

Une piscine olympique, une patinoire pour des JO. Vous pouvez dire comment les gens vont y aller? Car personne ne parle des places de parc. Elles seront où? Vers les sites sportifs ou au bout des lignes de bus et de tram? Pour les hockeyeurs,avec leur chargement, ça va être où? Et le logement des sportifs seront où?

3.11.2016

Pourquoi se limiter à des bâtiments de 60-70 mètres?

Je suis né, j'ai grandi et je vis aujourd'hui à Prilly. Après avoir déménagé plusieurs fois dans la région et avoir fait l'expérience de vivre quelques mois à l'étranger, je suis revenu à Prilly où ma fille à vue le jours il y a quelques mois. Dans mes souvenirs d'enfance, cette friche de Malley n'y apparaît jamais. Tout simplement parce qu'il n'y avait rien pour nous, enfants. Plus tard j'ai été pendulaire pour Genève en prenant le train, et chaque fois qu'on passait à côté de cette friche j'avais une vision d'un quartier bombardé et laissé à l'abandon. Quand j'ai entendu parler du projet de construire des tours, je me suis réjouis et je me suis dit: Enfin quelque chose va se faire à Prilly d'un peu audacieux et d'intelligent. J'ai vôté vert aux dernières votations communale et je suis heureux de voir que ce parti soutien se projet! Ensuite sont venus les premières oppositions qui m'ont rappelé tristement qu'en suisse et à Prilly, les audacieux et courageux ne sont pas les bienvenus. Ma première réaction a été: pourquoi se limiter à des bâtiments de 60-70 mètres ? Oui parce que pour moi 60 mètres c'est un grand bâtiment et non une tour. Par la suite j'ai voulu comprendre les motivations des opposants et j'ai compris leur idées ou plutôt craintes qui sont légitimes mais à mon avis non justifiées. Malley ne va pas accueillir le Burj Khalifa ! Nous parlons de tours qui avoisine les 100 mètres !! un terrain de foot en résumé. Je pense que des tours peuvent rendre un quartier verdoyant et socialement riche. Le magnifique nouveau quartier de Porta Nuova de Milan est un exemple à suivre. Je respecte les opposants car ils ont eu raison de se manifester mais je crois sincérement que de construire un peu en vertical pour laisser libre le sol et la valoriser sera bénéfique pour nous habitants. C'est ce que j'espère pour ma fille et son futur.

3.11.2016

640 habitants et emplois à l'hectare, c'est loin d'être surpeuplé

Les idées de construir des tours à Malley date depuis 20 ans, mais les les investissements et les études de 10 ans. Vous avez votez oui à LAT donc vous avez accepter la densification de nos centre urbain, et 640 hae/ha c'est loin d'être surpeuplé, beaucoup de quartier Genevois dépasse les 1000 hae/ha, pourtant ça ne choque personne ils vivent très bien. Niveau qualité de vie les villes les plus agréables à vivre sont Canadiennes et Australiennes pourtant il y a des tours. En Suisse-Allemandes ils construisent des plus tours haute que celles présentées à Malley et tout se passe très bien étant donner que les TP suivent. Si om veut conserver nos campagnes il faut construir dense étant donné que la Suisse doit construire 40'000 appartement par année.

3.11.2016

Réponse aux "déçus des Verts"

En tant que seul représentant vert à la Municipalité, je me dois de répondre à certaines remarques. La position des Verts a toujours été très claire : il faut construire la ville en ville. Les habitations qui ne se font pas en ville vont se retrouver en campagne. Cela signifie alors la disparition de surfaces agricoles, le mitage du territoire, la modification de nos paysages et des trajets en voitures plus longs et plus fréquents avec leur lot de bouchons. C'est tout ce que nous voulons éviter. A Malley, nous avons actuellement une friche ignoble qui ne sert à rien, quasiment au centre d'une ville. Les Prillérans désirent-ils vraiment avoir un dixième de leur territoire qui ne sert à rien, qui n'est ni esthétique, ni convivial, ni animé, ni rien ? Pour ma part, j'ai envie d'avoir des espaces publics, des endroits où aller manger, se divertir, se balader, faire du shopping et c'est ce que proposent et proposeront les différents plans de quartier. Mais pour libérer de l'espace au sol, le choix a été fait de regrouper les logements et les bureaux dans des tours à peine plus hautes que celles qui existent déjà dans les environs. Je ne vois pas en quoi cela est contradictoire avec la position des Verts. On nous traite souvent d'utopistes et là on nous demande quoi ? de transformer Malley en biotope et de reporter les problèmes de logement sur d'autres communes ?

Concernant le trafic, il faut savoir que la très grande majorité du trafic qui sature l'Av. du Chablais est du trafic de transit, entre Lausanne et l'autoroute. Pourquoi, à votre avis, des gens prennent-ils ou viennent-ils de l'autoroute entre 16h30 et 18h30 ? Ce n'est en tout cas pas pour aller à la déchetterie ! mais c'est parce qu'ils travaillent à Lausanne et habitent le Gros-de-Vaud, la Côte, voire le Valais ou l'inverse. Chez les Verts, nous pensons que la qualité de vie pour tous passe par des quartiers où l'on peut habiter, travailler, avoir accès à des services et des produits sans avoir à prendre sa voiture. C'est ce que proposent les différents plans de quartier de Malley. Ce n'est pas en déplaçant les habitations et les emplois dans d'autres communes qu'il y aura moins de trafic, c'est complètement illusoire de croire cela. Par contre, l'existence d'un quartier dense justifie qu'on y développe des transports publics, que la fréquence des trains augmente, qu'on y fasse passer un tram, etc. Si la population refuse ce PQ, l'offre des transports publics sera moindre. Enfin, l'idée existe de créer un téléphérique urbain entre Malley et le haut de Prilly, ce qui permettrait d'avoir une offre Nord-Sud qui manque. Mais ce projet a un coût, il ne peut pas être financé que par la Commune. Or, s'il n'y a pas de développement à Malley, le Canton ne va certainement pas vouloir engager de l'argent dans un tel projet. L'ensemble est donc très cohérent, tout à fait en phase avec les valeurs des Verts et je vous recommande de l'accepter.

Maurizio Mattia, Conseiller municipal de Prilly

2.11.2016

Dasns cette campagne, les opposants sont plus transparents

M’intéressant depuis plusieurs mois aux projets de construction prévus à Malley, c’est avec intérêt que je lis les différents arguments des « pour » et des « contre ». Je suis frappée par le fait que les partisans du projet utilisent le plupart du temps un ton assez dénigrant par rapport aux opposants, les traitant à demi-mot de « nein sager », « rétrogrades » et autres qualificatifs peu élogieux. Je remarque au contraire la volonté, l’effort fait par les opposants de rester le plus factuel possible et d’inciter chacun à la réflexion. Je suis pour ma part très contente d’avoir pu par le biais du site d’Avenir-Malley accéder à des informations, des documents, des visuels, certes peu artistiques mais donnant une première idée des volumes. Et cela me semble peu « fair play » de la part des partisans de reprocher la « grossièreté » des simulations alors même que les autorités ont toujours refusé la pose de gabarits ou de ballons, seule manière de se rendre compte de l’impact visuel qu’auront les tours. Dans cette campagne, chacun joue sa partition et les opposants le font de manière plus transparente et honnête que les partisans. Qu’ils en soient remerciés. S’agissant de la circulation, c’est effectivement un point épineux. Doit-on avec les écologistes et les partisans du projet être volontariste et penser qu’au vu de l’offre en transports publics tous les habitants, travailleurs et utilisateurs des installations sportives profiteront de la magnifique offre de transports publics ? J’aimerais pouvoir le croire, mais en définitive, je pense que c’est une position un peu angélique, sachant que les dits transports publics sont déjà largement saturés aux heures de pointe et qu’en plus l’axe nord-sud est lui très mal desservi (et c’est peu dire !). Enfin, je regrette qu’on parle si peu des habitants de Prilly qui déjà actuellement vivent sur cette commune, y travaillent, s’y déplacent, y font leurs courses. Les routes sont déjà surchargées durant les heures de pointe qui commencent maintenant à 16h30 pour finir à 18h30, et je ne parle pas du matin. J’ai entendu dire dans un débat qu’il fallait « redonner la vue sur le lac » aux Prillérans du sud. Mais a-t-on pensé à conserver un peu de lumière aux « anciens »habitants » du quartier, eux qui vont se retrouver dans l’ombres des nouveaux bâtiments (j’attends toujours les études sur les ombres portées !) ? A-t-on pensé au bruit que va occasionner ce quartier surdimensionné ? A-t-on pensé aux problèmes de voisinage ? A-t-on pensé à intégrer ce nouveau pan de ville dans l’existant, au niveau architectural mais également au niveau social ? Pour ces raisons et d’autres encore, je voterai non le 27 novembre en ayant comme espoir de pousser nos politiques à être plus ambitieux, non pas en termes de densité et de hauteur mais en termes de qualité de vie.

2.11.2016

Les partisans "enfument" le citoyen

Je souhaite réagir brièvement au commentaire de l'auteur de "Je veux conserver nos campagnes". Étonnant de lire que les verts travaillent sur ce projet depuis plus de 20 ans alors que les autorités ont toujours parlé de 10 ans ! Encore une fois les partisans semblent tout mélanger. De plus, croyez-vous vraiment que les cols blancs seront prêts à cohabiter et élever leurs enfants dans un quartier surpeuplé, sur un terrain pollué, dans un air vicié ? Comme vous, je veux conserver nos campagnes mais je demeure réaliste. Je suis fière de notre qualité de vie. Est-ce une obligation de la sacrifier ? Je reste une déçue des verts. Je saisis l'occasion pour rebondir sur la lettre de Mme Krattinger dans le 24Heures de ce jour qui encore une fois prouve que les partisans mélangent tout pour mieux "enfumer" le citoyen. Alors que nous votons explicitement sur le PQ Malley Gare, notre municipale n'y consacre que 3 lignes. Les 33 autres lignes font l'éloge des PQ dont il n'est absolument pas question à ce stade. M. Mattia a au moins le mérite de cerner le sujet.

1.11.2016

Et la société à 2000 watts dans tout ça?

En général, dans ces immeubles-tours, ce sont les banques qui s'y installent et aussi des gens aisés. Donc, pas de loyers modérés, comme le parti socialiste croit. Est-ce que c'est le moyen de protéger la campagne contre l'envahissement immobilier? Même pas. L'effet sera inverse, puisque les 60 à 75 % seront occupés par des bureaux et non par des habitants. La bureaucratie habitera dans les environs de Lausanne et viendra travailler à Malley. Et bonjour les embouteillages jusque sur l'autoroute, la pollution par les particules fines, les gaz à effet de serre, le bruit incessant ! Sans parler des travaux futurs pour une ligne de tram, une patinoire pour des JO, une piscine olympique. Tout doit passer par Malley-gare??? Et la verdure, les fleurs, les grands arbres, les oiseaux, qui va y penser? Ils n'ont qu'à aller vers la déchèterie? ... à la poubelle ... L'énergie Watt 2000, c'est pour ça?

1.11.2016

Je veux conserver nos campagnes

Je vais juste répondre aux 2 derniers commentair qui ont été poster étant donner que mon avis personnel a déjà été mis en avant par d'autres personne. Pour commencer la phrase "Cessez de vouloir nous dire, faut densifier, faut densifier. Notre Suisse est bien faite, comme une boîte de praliné, chaque morceau y trouve sa place, de l'espace pour respirer et rester beau. Cessez de vouloir en faire une boîte de sardine, tous bien serrés et entassés les uns sur les autres.(...) Le projet de malley sera surpeuplé (...) En regardant se qui se construit sur d'autres communes, la hauteur des immeubles ne dépasse pas en général 9 étages en ayant une longueur proportionnée. Pour Malley, il en est tout autre.(...)" Bref dire que notre Suisse est comme une boîte de praliné est que ce sera un quartier surpeuplé me fait bien rire, Genéve est la 2ème ville la plus dense d'europe (après Paris), pourtant les gens se comporte très bien ils suicident et les parcs ne sont pas bombés. Il faut savoir que chaque centre Urbain Suisse ont une stratégie d'implantation des tours, Genéve avec le PAV (praille, Acacias, Vernets) avec le double de densité que Malley, Zurich west ou il y a une dizaine de tour, certaine encore en construction et pour finir Bâle avec le 3Land un mini-Manhattan et le campus roche ou il y a la tour la plud haute de Suisse (178m). Sinon niveau circulation faut déjâ dire aux commerçants du flon d'arrêter de s'opposer au tram, le plus grand chantier ferroviaire du pays est sur la région lémanique en ce moment même. Sinon sur les autres communes par exemple à Genéve la plus hautes tour du lignon mesure 91 mètres et pratiquement une longueur de 1km et c'est la même chose à beaucoup d'endroit. 2ème commentair Déjà vous avez accepté la LAT qui consiste à densifier nos agglomération plutôt que de bétonner nos compagnes, donc les verts ont totalement raison d'accepter ce plan, les en acceptant ce vote en surtout voulu arrêter le mitage du territoire, donc normale qu'ils aient voter en faveur "méconnaissance des détails du dossier" dire ça alors que ça fait 20 ans qu'ils travaillent sur ce quartier, c'est absurde. Bref je suis pas forcément fans des tours mais je veux surtout qu'on puisse conserver nos jolies campagnes, forêts,champs agricoles etc.Je veux conserver nos campagnes

1.1.2020

Je suis déçue des Verts

Je suis une habitante de Prilly qui ce printemps a voté avec conviction pour un représentant des verts à la municipalité. J'ai sincèrement cru que des idées audacieuses, plus soucieuses de l'environnement et donc de l'humain, viendraient apporter une bouffée de changement dans cette commune où chaque mètre carré de jardin est envahi par des immeubles. J'ai sincèrement cru que les verts étaient habités par une idéologie assez forte pour défendre des causes nobles, véritablement écologiques et ne se contenteraient pas d'un pseudo écologique. Hélas, je rêvais. J'oubliais que le consensus politique prime sur l'humain. Ainsi les verts, par conviction profonde, méconnaissance des détails du dossier, ou pire par esprit grégaire, défendent un projet qui laisse loin derrière une véritable approche écologiste de fond. Aucune remise en question du projet, aucune étude personnelle du parti, aucune idée nouvelle. Juste des phrases bien apprises. Toujours les mêmes. Aujourd'hui le rêve a fait place à la déception. Croyez-bien que j'en suis la première désolée.

Ne faites pas de Malley une boîte à sardines

Wouah! à lire certains propos, cela augmente mes inquiétudes. Avenir Malley et des citoyens de Prilly ne veulent ni trop haut, ni trop long, ni trop volumineux. Simplement un projet pour Malley moins densifié. Cessez de vouloir nous dire, faut densifier, faut densifié. Notre Suisse est bien faite, comme une boîte de praliné, chaque morceau y trouve sa place, de l'espace pour respirer et rester beau. Cessez de vouloir en faire une boîte de sardine, tous bien serrés et entassés les uns sur les autres. Pas de place pour s'étirer et respiré. Le projet de Malley sera surpeuplé. Les commerçants, les employés, les habitants + tous les spectateurs prévus pour les maths, compétitions, spectacles et concerts. Tous ces gent seront bien plus nombreux que 8000 habitant emplois prévus. Alors si vous pensez que les gens vont avoir du plaisir à s'entasser dans les bus, trains, métros et trams. Et même les places ou parcs publiques. Tout ceci, bien sûr, sur chargé. Ce sera sujet au stresse et dépression pour beaucoup de monde. Est ce à Malley de devoir supporter une aussi grande part d'augmentation de la population sur une surface en définitif pas si grande que ça! En regardant se qui se construit sur d'autres communes, la hauteur des immeubles ne dépasse pas en général 9 étages en ayant une longueur proportionnée. Pour Malley, il en est tout autre. Et dans d'autres cantons, au niveau de la circulation nous sommes bien en retard de mettre les véhicules dans des galeries et giratoires souterrain . Je le dis et le redirai, faisons de Malley un projet moins haut, moins large, mois long et moins densifié tel que proposé.

30.10.2016

Soutenons un projet bien étudié

Je tenais tout d'abord à vous remercier de publier, comme vous le faites, les commentaires des partisans du PQ Malley-Gare. C'est tout à votre honneur. Ceci dit, le tout-ménage que nous avons reçu récemment mérite qu'on y réponde. Votre postulat de base est de dire qu'une tour, c'est forcément une atteinte horrible au paysage faite de béton, de verre et d'acier, c'est quasiment le mal absolu en terme urbanistique. Le photomontage montre d'ailleurs des parallélipipèdes rectangles, gris anthracite extrêmement laids.

Il faut quand même que la population sache qu'un concours d'architecture est au programme. J'ose espérer que l'architecte qui s'engagera dans ce concours proposera un projet autrement plus original, esthétique et avant-gardiste qu'un bête parallélipipède... Savez-vous qu'à Bordeaux, une audacieuse tour en bois est en construction ? Autre argument : selon vous, la tour est dévoreuse d'espace et beaucoup du volume est perdu en installations techniques. Mais si on pose le même volume en longueur plutôt qu'en hauteur, ce qui semble plutôt correspondre à votre vision, on aura pléthore de cages d'escaliers et d'ascenseurs. Le volume perdu sera bien plus important. Quant à affirmer que l'écoquartier a été jeté aux oubliettes, c'est faire bien peu de cas du label "site 2000 Watts" que ce quartier devra obtenir. Ce label "récompense des quartiers qui adoptent un comportement conforme aux principes du développement durable en matière de ressources utilisées pour la construction, l'exploitation ou la rénovation de bâtiments et pour la mobilité engendrée par l'exploitation de ces bâtiments" selon l'OFEN. Argument suivant : "le trafic deviendra infernal". Ce PQ propose une solution à ce problème complexe : placer des emplois et des logements à côté d'un "hub" de transports publics. Proposer un nombre de futurs usagers importants afin que tout investissement en matière de transports publics devienne rentable et nécessaire. Il y aura un tram, un métro, une gare CFF, des bus. Que peut-on offrir de plus pour que les habitants troquent leur voiture contre les transports publics ? On pourrait redépoussiérer le projet d'entrée d'autoroute au Nord de Malley des années 70, mais je parie qu'entre des tours et une autoroute devant les fenêtres, vous préféreriez les tours...

Vous déplorez que ces immeubles feront la part belle aux bureaux plutôt qu'aux logements. Malheureusement, c'est une exigence fédérale contre les accidents majeurs. C'est cru à dire, mais en cas d'accident sur les voies ferrées avec fuite de produits toxiques, par exemple, on ne veut pas trop de morts. On préfère donc placer le long de ces voies en majorité des bureaux, plus faciles à évacuer et rarement occupés la nuit que des habitations. Quel que soit le plan de quartier, il faut respecter l'ordonnance fédérale ! Enfin, selon vous, il s'agit d'une opération spéculative aux détriments des habitants. Quoi ? Les CFF, propriétaires des lieux, à qui on impose des règles en termes de développement durable, de ressources utilisées, de mobilité engendrée (label 2000 W) veulent en plus gagner de l'argent dans l'opération ? Et ça devrait être choquant ? Les opposants pensent-ils vraiment qu'un PQ a pour but de faire perdre de l'argent aux investisseurs ? Qu'ils nous présentent donc les investisseurs qui estiment que les projets urbanistiques doivent se faire dans le cadre d'un mécénat. En conclusion, il faut bien comprendre qu'au vu de la croissance démographique actuelle, il faut créer des places d'habitation et de travail. Ces places doivent être au coeur des villes pour éviter les déplacements qui polluent et qui encombrent les infrastructures. Ne pas densifier Malley, c'est densifier le Gros-de-Vaud, la Côte, le Valais. C'est ajouter des véhicules sur les autoroutes, du monde dans les trains, c'est faire disparaître des terres agricoles, c'est contribuer au réchauffement climatique. Est-ce bien ce que nous voulons ? Alors soutenons ce projet bien étudié, raisonnable et qui offre un avenir à Malley. - Maurizio Mattia, Conseiller municipal de Prilly

Réponse:

- Les tours ne sont pas forcément "une horrible atteinte au paysage", mais celles de Malley sont disposées de la pire manière qui soit, avec un effet mur allant de l'avenue du Chablais au centre sportif, et des voies CFF au viaduc. Par ailleurs, la plus élevée est la plus proche des habitations: il faudra qu'on nous explique. Par ailleurs, comment se fait-il que les exigences précises de la "Stratégie pour l'implantation des tours" (p. 28) n'aient pas été respectées? Comment se fait-il que le groupe d'experts ne se soit pas réuni, alors qu'on nous affirme le contraire? En tant que conseiller communal, et aujourd'hui municipal, qu'avez-vous fait pour que la population soit informée, à part "regretter" en séance que l'information ne soit pas optimale et que le projet "ne soit peut-être pas le meilleur"? 

- Trafic: Vous dites que le plan de quartier propose une solution au problème en créant des emplois et des logements à côté d'un "hub" de transports publics. Parce que les 8000 nouveaux habitants - emplois de Malley s'y trouveront si bien qu'ils travailleront, mangeront, habiteront, se distrairont et passeront leurs vacances à Malley? On reconnaît bien là la vision bisounours et dogmatique des Verts. A laquelle s'opposent les faits. Une étude cantonale sur la mobilité à l'horizon 2050 présentée en septembre montre que si la fréquentation des transports publics va augmenter, celui du trafic motorisé individuel restera stable. Une autre étude de Monsieur Prix publiée la semaine dernière montre que le coût des transports publics a augmenté de 80% depuis 1990, contre 30% pour las voiture. Cela contredit vos idées, mais c'est comme ça.

Entre Renens et Lausanne, sur une bande de 500 m. de part et d'autre des voies CFF où sont planifiés plus de 20 000 habitants-emplois supplémentaires au total, ce trafic automobile va sans doute augmenter. Rien n'est prévu pour l'absorber. Votre collègue Tinetta Maystre a déclaré benoîtement (à la buvette du Galicien) qu'à certains moments de la journée, "il ne faudra plus prendre sa voiture". Et les personnes âgées ou handicapées? Et les mamans qui amènent leurs enfants et leur lourd équipement à la patinoire, ou font leurs courses en fin d'après-midi parce qu'elles n'ont pas le choix? Et la déchetterie intercommunale, qui reste dans le nouveau quartier, où il faut bien amener ses déchets encombrants? Et les nombreuses manifestations du centre sportif qu'il faudra bien rentabiliser, alors qu'on va supprimer mille places de parc? Si vous parliez aux gens - comme nous l'avons beaucoup fait depuis des semaines - au lieu de rester dans votre tour d'ivoire, vous verriez que votre vision dogmatique ne tient pas la route.

Nous ne recommandons bien sûr pas de ressusciter un projet de bretelle autoroutière à Malley (encore un de ces bons gros arguments démagogiques des partisans, là vous nous décevez franchement). Nous demandons que des mesures sérieuses soient étudiées (cela va de la régulation des feux et autres mesures "douces" à des aménagements partiels ou des systèmes de navettes sur l'axe sens nord-sud, particulièrement catastrophique). Et si on ne trouve rien, que l'on densifie moins, c'est aussi simple que cela! Le laisser-aller actuel est une solution insultante pour la population. Gouverner, c'est prévoir, monsieur le municipal!

- Part de logements imposée par l'OPAM: c'est faux, comme l'affirmation selon laquelle la densité est "imposée" par le canton (voir notre lettre ouverte).

- Label 2000 watts: il n'a été accordé que sur des "intentions", selon les informations fournies par une dame qui s'en occupe, et devra être confirmé. Or le règlement du PQ Malley-Gare, qui seul compte en définitive, est minimaliste à ce sujet, de l'avis même d'un haut fonctionnaire cantonal.

- Bénéfice des CFF: personne ne leur conteste le droit de rentabiliser leur terrain. Cela dit, le calcul est totalement opaque, et nous lisons dans le livre "Des friches urbaines aux quartiers durables" que "les revenus bénéficiaires de CFF immobilier sont destinés à contribuer au financement de la caisse de pension des CFF". Ce serait donc aux Prillérans de supporter les effets collatéraux négatifs d'une caisse de pension mal gérée?

Jean-Claude Péclet, Avenir Malley

13.10.2016

Une toute autre lumière

Je souhaite avant tout préciser que je me situe de façon neutre face à ce projet, qui aura certainement un impact visuel et géographique non négligeable. Il y a quelques mois je me réjouissais de la création de ce site, à l'époque le seul montrant des simulations des tours planifiées. Cette semaine, de nouvelles illustrations, produites cette fois par la municipalité, sont parues dans la presse. Je dois avouer que ces images mettent le projet en une toute autre lumière, et en donnent une image que je n'aurai jamais pu me figurer en regardant les montages présents sur le site de Avenir Malley. Après une comparaison scrupuleuse des images et une recherche détaillée dans la documentation disponible, je souhaite partager quelques constats: - Le montage d'Avenir Malley, comme vous le dites vous-mêmes, utilise le total des gabarits. Ceci équivaut à utiliser à peu près 300% de la capacité constructive maximale en mètres carrés prévue pour ces tours, qui vont se situer à l'intérieur de ces gabarits en en remplissant un tiers (comme vous l'affirmez vous-mêmes). J'ai appris que ce mécanisme a été prévu exprès pour donner un maximum de flexibilité pour la position et la hauteur des tours, chose que j'ignorais. En deux mots: les images présentes sur ce site montrent des tours en tout cas 2 fois trop épaisses. - Après avoir compté les étages de la tour la plus haute (en partant de l'acquis que un étage = 3 m), je me rends compte que le rez-de chaussée (étage 0), est situé à la même hauteur que le talus du viaduc du galicien, soit à 12 mètres du sol. La tour est donc d'environ 4 étages trop haute, en plus de remplir la totalité du gabarit. Je soupçonne que les autres tours sur l'image aient été calées avec le même système - Cette même tour du viaduc est située à peu près 30 mètres plus à gauche que celle sur l'image officielle. Ceci montre la tour de Malley-Gare à l'arrière plan. - Le "socle imposant" de plusieurs étage dont vous parlez est, à ma compréhension, inclu dans la hauteur maximale des gabarits, et ne se rajoute donc pas à la hauteur maximale que les tours pourraient atteindre. - Une vue depuis Mont-Goulin (depuis le parc en haut du collège) est présente parmi les trois publiées sur le site Malley-Demain et sur le 24 heures. Après avoir vérifié avec Google Maps j'y reconnait la toiture du collège et les maisons de la rue d'en bas. - Le référendum du 27 novembre porte sur le PQ Malley-Gare. je trouve donc transparent et honnête de la part des autorités de mettre l'accent sur les constructions de ce plan d'affectation en rendant transparentes les tours au premier plan, de manière que l'on puisse voire l'objet du vote. Quant à la couleur pastel, j'avoue qu'elle est certes légère et jouant à l'avantage du projet. Je me doute cependant que les futurs bâtiments seront noirs comme ceux montrés sur les images de ce site. En dehors ce ces considérations, et bien que j'ai été modérément rangé du côté du NON jusqu'à il y a quelques jours, je me trouve à présent à être très dubitatif de l'argumentaire mis en avant contre le projet, et principalement en raison des incohérences des montages parus sur ce site et des arguments les accompagnant. Ceux-ci ont été jusqu'à présent focalisés en quasi exclusivité sur la hauteur des tours, qui sont pourtant que l'élément le plus visible d'un quartier entier, qui amènera de nouvelles opportunités et remplira cette friche vide et froide. On ne parle pourtant jamais de cela. Je trouve dommage qu'une association de citoyennes et citoyens comme Avenir Malley tombe dans la critique automatique de tout ce qui sort du côté des autorités et ne mette jamais en avant le points positifs de ce projet, allant jusqu'à accuser de mensonge l'association Malley Demain sur la base du nombre de niveaux présents sur leur logo. Ceci me parait sincèrement déplacé et triste, et relève de la réthorique de bistrot. Je ne pense pas que l'intention derrière un logo soit de présenter les spécificités d'un projet urbanisitique. Pour information, le "mur de tours" paraissant sur le flyer d'Avenir Demain ne m'a pas l'air exact non plus, ni j'estime que tel soit son rôle. Je trouve ces nouvelles images beaucoup plus complètes et réalistes que celles sur ce site. Je ne vois pas pourquoi les autorités devraient mentir à la population. Ce projet a été accepté avec une large majorité par le conseil communal de Prilly, qui à ma connaissance en représente les habitants. 

Réponse: La capacité constructive ne représente en aucun cas 300% du bâtiment futur, comme vous l'écrivez, elle laisse un jeu de 30-40% environ. Les tours ne sont pas non plus "deux fois trop épaisses", ce que montre la comparaison entre les simulations officielle et d'Avenir Malley. Le niveau du socle de la future tour de 100 mètres à Malley-Viaduc n'est pas encore connu. Interrogée à ce sujet, la Municipalité n'a pas pu nous répondre. Compte tenu du futur arrêt de tram et de l'intention de construire un parking, on ne peut exclure qu'il se situe au niveau de la rue de Lausanne. La différence avec le niveau inférieur n'est en aucun cas de quatre étages, comme vous l'écrivez. Enfin, nous n'avons jamais nié les opportunités du site. Permettez-nous de mettre en doute votre "neutralité".

13.10.2016

Une forte densité permet d'avoir des transports publics efficaces

"Les opposants parlent de densification "raisonnable". Mais je ne trouve pas raisonnable de prévoir pour un quartier aussi bien situé et déjà bien desservis en transports publics des constructions à la densité moyenne. Une forte densité, c'est ce qui permet aussi d'avoir des TP efficaces et rentables, et donc d'offrir une alternative avantageuse à la voiture. Après, c'est aussi une question de changement d'habitude, laisser sa voiture pour prendre le bus/train/métro pour se déplacer. Essayez, vous serez surpris que ce n'est pas plus galère que la voiture (sauf pour des personnes à mobilité réduite ou certaines circonstances). Mais dans la plupart des automobiles, ce sont surtout des gens seuls et dans la force de l'âge qui pourraient tt à fait utiliser les TP."

7.10.2016

Il n'y a pas que les tours qui seront surdimensionnées

Je fais partie des habitants de Prilly. Où je loge, je ne sais pas si je verrais les tours. Je suis tout de même d'accord avec Avenir Malley et je profite de remercier cette association, ainsi que tous les gens qui y participent pour avoir eut l'idée et le courage d'informer la population de ce qui se trame dans cette région, de nous mettre à disposition toutes ces informations pertinentes. Nous pouvons ainsi nous faire une idée plus concrète de ce qui pourrait se construire à Malley. Alors quand je lis ou entends qu'Avenir Malley et contre tout changement, évolution, etc... Stop, ce n'est pas ce qu'ils disent. C'est plutôt, "construire oui, mais raisonnablement". Et là, vraiment, avec le projet prévu il y a de quoi s'inquiéter. Il n'y aura pas que les tours qui seront surdimensionnées, les autres bâtiments aussi (au moins 13 étages, soit 3 à 4 de plus que les plus hauts immeubles de Florissant). Il y aura une cohabitation difficile entre les habitants, les commerçants et leurs clients, les personnes en visite, les spectateurs des matchs de hockey, des concerts et des divers spectacles du centre sportif de Malley qui bientôt va se moderniser et s'agrandir. Une piscine olympique, un plongeoir de 10 mètres ainsi que d'autres activités sportives engendreront un important flux de personnes et de véhicules dans le secteur. La suppression programmée de places de parc utilisées actuellement (Sicpa 500 à 800 places, friche de Malley 200 places) et sans alternative viable amplifiera les conflits avec les riverains qui ont déjà régulièrement leurs places de parc squattées. Le stationnement sauvage et les embouteillages sont ainsi programmés. Soyons réalistes et raisonnables, faisons de ce quartier quelque chose de plus viable où les services de secours puissent également intervenir rapidement (pour mémoire la plus haute échelle des pompiers mesure 55 mètres ! - Souvenons-nous notamment de Gilamont à Vevey). L'être humain doit rester au centre de nos préoccupations ! Alors sans hésitation, je vous le dis, votons NON le 27 novembre

7.10.2016

Une friche idéalement située

L'argument faisant planer un mur de tours est malheureusement trop souvent utilisé dans un but de susciter la peur à travers un débat émotionnel. Or le débat émotionnel n'est pas rationnel et n'apporte que rarement quelque chose de constructif. La friche urbaine de Malley, la plus grande de suisse au passage, est idéalement située pour y implanter des tours. Très bien connectée aux transports collectifs (M1, futur tram, gare de Malley), l'implantation de tours dans ce périmètre permet d'obtenir une bonne densité (habitants et emplois) tout en libérant de l'espace au sol pour d'autre affectation (place publique, parc urbain etc). Il faut rappeler que la Loi d'Aménagement du Territoire (LAT) votée et acceptée par près de 63% de la population a pour objectif de densifier dans les zones déjà urbanisées et bien connectées au transports notamment collectifs afin de limiter le mitage du territoire dans les zone périurbaine et périphérique. Il s'agit donc par la même occasion de tendre à diminuer ou du moins à contrôler la pendularité depuis ces zones qui se fait principalement en transport individuel (voiture), car mal connectées et peu desservies en transports collectifs. Ce faisant le projet en gestation sur cette friche urbaine répond donc exactement et parfaitement aux critères de densification figurant dans la LAT. Le choix d'y implanter des tours est un choix d'aménagement urbain qui fait tout son sens! Continuons de miter notre territoire en refusant, en galvaudant ce genre de projet idéalement situé (en ville) et connectés aux transports en commun en construisant en périphérie des villes et en campagne. Le trafic sera encore bien pire dans cette région que ce que votre association craint...

2.10.2016

Un quartier pour l'avenir

Une fois de plus, la population doit émettre un avis sur un futur quartier, plus précisément sur l’acceptation du PQMG, et non pas sur l’esthétique des futures petites tours qui vont composer je l’espère ce futur quartier d’affaires et d’habitations aux portes de Lausanne.

Si il vous plait, ne mélangé pas tous, dès que le PQMG sera accepté, j’ose imaginer qu’il y aura un voir plusieurs concours d’architectures (bâtiments – paysage), qui permettrons à la population de se faire une vraie idée de ce que sera le quartier. Et non pas comme vous le démontrer sur vos photomontages qui n’ont aucune valeur sur le plan esthétique du futur quartier. Ils sont juste là pour effrayer la population.

Sincèrement vous pensez que les autorités vont vouloir construire des tours bleues ou noir et toute vitrées. C’est prendre la population pour des imbéciles. Voyez au Mont-sur-Lausanne, la tour qui s’est achevée ce printemps, elle ne ressemble en rien à vos photomontages, et celle du futur quartier des Cèdres à Chavannes-près-Renens, vous la trouvé à l’image d’une cheminée comme l’avait imaginé les opposants ?

C’est toujours là même histoire lorsqu’un PPA est mis au vote, une tranche de la population et surtout les référendaires ont tendances à peindre le diable sur la muraille. « oh mon dieu, ils veulent nous mettre des tours », « oh non, je suis pas d’accord ça va me cacher la vue », « on n’est pas à NY ici, je ne veux pas de grand quartier de tours », etc. J’ai envie de répondre à ces réfractaires de la modernité, qu’ils doivent arrêter de penser qu’à eux. Un tel quartier et comme tant d’autres, sont les circonstances de la démographie que nous vivons, et j’entends déjà dire par certain en réponse à cette démographie « arrêtons d’accueillir du monde, on est déjà assez », ceux-ci même qui ne veulent pas qu’on leur bouche la vue, qui sont réfractaires à toutes innovations et changements pour « l’avenir ». Parce qu’il est question de l’avenir Mesdames, Messieurs les opposants et non pas de votre intérêt personnel. Pensé aux populations futures, où se longeront t’ils, s’il n’y a pas de quartiers adaptés à la venue de millier d’habitants dans les 10-20 prochaines années. Et je soulève à nouveau comme cela a été dit dans un autre commentaire, que les Suisses ont votés en Mars 2013 à 62.9% pour une révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT). En gros le peuple a décidé de freiner le mitage et de densifier dans les centres urbains, pour préserver les espaces verts et paysages. Le PQMG est précisément dans un centre urbain et de surcroit aux abord d’une gare, c’est ici qu’il faut densifier et qui plus est, en hauteur. Oui en hauteur pour garantir aux futurs habitants et travailleurs du quartier des espaces verts de qualité. Un des avantages de construire des tours est celui-ci. Imaginé que vous rabotiez de moitié les tours, où mettez-vous les m2 de SPD supprimées mais obligatoire pour répondre au RPQMG, moi je vous le dis, en diminuant fortement les surfaces de verdures, ce qui engendrera de plus petits espaces verts et donc moins de qualité pour les habitants et les Prillérans. Les habitants de Chavannes et du Mont l’on bien compris, j’espère que les Prillérans sauront faire le bon choix en acceptant ce plan de quartier.

7.6.2016

La Défense et Francort, quartiers d'affaires prisés des touristes

Vous demandez une installation de gabarits pour l'impact visuel. Mais la hauteur des tours proposées est le maximum qu'elles peuvent atteindre donc ils vont pas installer des gabarits si ils savent même pas là hauteur des tours. Vous dites que ce projet est démesuré, 60-100m c'est petit vous, avez jamais voyagé ? Vous parlez de quartier d'affaire froid, La Défense, Francfort, Léopold, Part-Dieu, Canary Wharf etc sont des quartiers très prisé des touristes. Vous dites que c'est une faute de mettre les bâtiments les plus hauts près de la gare. C'est justement logique, se sera des bureaux et surtout ça fera comme une parois abri-bruit. Le trafic est un problème en Suisse Romande on va pas se le mentir, mais en Suisse-allemanique il y a des tours (178m) max et aucun problème abusé, il faut encourager les personnes a prendre les TP. Bref je vois juste que vous êtes des anti-tout, Neinsager, je-sais-tout.

Réponse: Comme c'est la troisième fois que, sous différents pseudos mais avec les mêmes arguments, vous nous reprochez en termes à peine polis d'être des "Neinsager" et "anti-tout", une réponse s'impose. D'abord rassurez-vous: les personnes actives dans Avenir Malley voyagent. Loin d'être anti-tout, l'association est favorable à une densification raisonnable du quartier, nous n'avons jamais dit qu'il ne faut ériger aucune construction en hauteur près de la gare - mais nous demandons que la silhouette de TOUTES les futures tours soit clairement montrée aux habitants. Nos membres actifs ont aussi quelques idées - que les autorités n'ont pas eu la curiosité d'écouter jusqu'ici, sauf le délégué lausannois à la mobilité.

Les exemples que vous donnez sont absurdes dans le contexte local. Nous ne sommes pas à Manhattan, Londres ou Hong-Kong, dans des centres d'affaires "très prisés des touristes" comme vous dites, mais à Malley, dans ce qu'on promet depuis des années comme un "écoquartier exemplaire"! Pour votre gouverne, Lausanne est considéré comme le centre principal de l'agglomération, Morges comme centre secondaire, puis Renens.

Or c'est à Malley que surgissent cinq projets de tours sur lesquels pratiquement aucune information n'est donnée, en violation des exigences fixées par un document officiel! Vous dites qu'il ne faut pas poser de gabarits puisque les autorités "ne savent pas" la hauteur des tours. En réalité, elles en ont une idée assez précise (60 à 100 mètres) mais font tout pour que la population ne puisse voir quel sera l'impact de cinq bâtiments hauits et décalés. C'est cette opacité et le saucissonnage des projets que nous démonçons.

Réplique: (à propos de la densité à Malley-Gswre): Les trois quartiers que vous avez énumérés, sont bien plus étendus que le PQMG, qui n'est rien de plus que le sous-secteur d’un ensemble… Mais je peux quand même vous en citer quelques uns: Saint-François et le PQ du Réservoir du Calvaire (dont les travaux vont commencer cet automne) qui ont une densité de 700 hab/e et plus à l'hectare, le PQ Entrepôts de Renens qui est à plus de 650 (sans les étudiants et les enseignants du CEOL) et le quartier Sébeillon, qui en a environ 630. Ensuite, je trouve que l’argument "ce quartier ne peux pas se construire de cette façon parce qu’il est plus denses que ceux-là" est totalement dénué de bon sens, parce que si on tenait de tel propos à l’époque où nos villes commençaient à se construire, on serait encore au stade de village à faible densité et étalement urbain inclus. C’est à croire qu’à l’époque, les gens étaient beaucoup plus ouverts d’esprit qu’aujourd’hui... Bref, mais tout de même, il me semble qu'en Suisse, on a quand même voté en faveur de la LAT qui vise à freiner le gaspillage du sol (donc l’étalement urbain) et de ce fait logiquement, à construire la ville dans la ville.( ...) Vous ne mesurez vraiment pas l'importance et négligez le potentiel et les enjeux qui ne sont pas seulement à l’échelle régionale mais aussi cantonale, de ce « morceau de ville » qui est à l’étude depuis bien des années et que je trouve pour ma part, même peu ambitieux en comparaison d’autres projets de densifications qu’ils y a sur des friches ferroviaires et industrielles, qu’on peut voir dans certaines autres grandes agglomération Suisse et, le trouve donc plus qu’acceptable.

1.6.2016

Pas cohérents?

Je suis désolé mais vous tenez un discours pas très cohérent! Je cite: Les tours sont une solution possible, pas la seule. "Un quartier de tours n’est pas plus dense qu’un tissu urbain homogène": ce n'est pas nous qui le disons mais la "Stratégie tours" officielle du Plan l'agglomération Lausanne-Morges (PALM). Ensuite, comme raison de votre opposition vous mettez, je cite encore: Le plan de quartier Malley-Gare prévoit une densité supérieure à celle des quartiers les plus peuplés de Lausanne. La part de logement sera minoritaire (maximum 40%), on construira surtout de nouveaux bureaux et des commerces, dont il y a déjà pléthore. Nous voulons un quartier à taille humaine, pas un « centre d’affaires » surdimensionné Alors finalement, les tours sont plus denses qu’un tissu urbain homogène ou non ?? De plus, vous appelez ça "un quartier de tours" juste parce qu'il y en a 2 dans le projet. Dans ce cas, on peux dire que Malley est déjà un quartier de tours vu qu'il y en a déjà 3 et que jusqu'à présent, je n'ai jamais entendu un habitant se plaindre d'avoir des brûlures au yeux parce qu'ils ont avaient une dans son champ de vision... J'aimerais, si possible, une réponse de votre part.

Réponse: Il n'est pas dans les habitudes de répondre aux intervenants, mais puisque vous le désirez, nous le faisons volontiers. D'abord, une correction: il n'y a pas deux, mais bien cinq projets de tours (de 60 à 100 mètres) au centre de Malley. Le plan de quartier Malley-Gare (PQMG) permet d'en construire deux, mais ce n'est que la première pièce du puzzle. Il est d'ailleurs écrit dans le rapport de mise à l'enquête du PQMG que "le futur quartier ne sera pas identifié par un seul grand monument mais plutôt par une silhouette résultant de la mise en tension de plusieurs émergences de hauteurs et de formes variées, qu’il reste à inventer". Notre association a toujours demandé - et continue de le faire, sans succès jusqu'ici - que cette "silhouette" soit montrée aux habitants. Concernant la densité, vous confondez deux choses. D'une part la densité prévue par le PQMG, qui est de 648 habitants/emplois à l'hectare. A titre de comparaison, celle de quartiers lausannois considérés comme très denses (Pontaise, Grancy, rue Centrale) oscille entre 300 et 500 hab./emplois à l'hectare. On veut entasser à Malley plus de gens qu'au centre de Lausanne: cela nous paraît excessif. D'autre part, les tours, effectivement, ne sont pas le seul moyen de réaliser une densification raisonnable. Nous ne sommes pas opposés par principe à une ou deux tours, nous demandons à voir - ce qu'on nous refuse! S'il y a contradiction, elle n'est pas dans notre association mais chez les porteurs des projets officiels, qui promettent à la fois un "écoquartier", une forte densité et des tours "fines". 

17.4.2016

La buvette à Malley, lieu de débat

Bienvenue à la buvette La Galicienne et merci au site d'Avenir Malley de nous aviser de sa création 

J'apprécie la lucidité des propos du responsable de l'équipe relayés sur l'article 24Heures qui reconnaît que la buvette aura des fonctions multiples et qu'elle sera un endroit où le débat aura lieu. Effectivement les citoyens doivent profiter de cette opportunité pour faire valoir leurs arguments contre ce projet de mégalomane et ne pas laisser la municipalité

mener son opération de séduction en toute impunité.

24.3.2016

Un "Down Town" froid et sans âme

La municipalité de Prilly dit que l'on retrouvera la tranquillité après les travaux. Elle rêve?! Le projet énorme va plutôt créer un début de "Down Town" à l'image d'une grande ville, froide et sans âme

8.3.2016

L'exemple du Mont-sur-Lausanne

Selon les nouvelles TV soir du 6 mars 2016, la commune de Mont-sur-Lausanne est plus futée. Une délégation s'était rendue sur place à Lyon pour s'inspirer d'un quartier de conception écolo en cours de réalisation dans cette ville. Car Mont-sur-Lausanne prévoit d'adopter les mêmes principes urbanistiques futuristes pour un nouveau quartier dans leur commune. Plutôt que d'imiter un modèle morne, passéiste d'un alignement de tours.

6.3.2016

Les habitants de Prilly-centre vont perdre leur vue "dégagée" sur les Alpes et le lac

Quel beau projet! Déjà que le quartier n'est pas des plus beaux dans la région de la gare de Malley... Du verre, de la construction métallique.... Les habitants des quartiers centraux de Prilly vont perdre leur vue "dégagée" sur les Alpes et le lac! BRAVO!!!!

29.2.2016

Une tour en verre, c'est magnifique

Vous dites que mettre les tours au sud est plus logique parce qu'il n'y a pas d'habitants. Je ne crois pas, parce que justement le sud sera l'endroit où il y aura les habitations. Vous dites que le traffic sera encore pire qu'aujourd'hui, mais si la population pensait a prendre les transports publics, ça irait déjà mieux. Prenez les bus 32, 33 aux heures de pointe, ils sont vides !! Ensuite, vous dites qu'il faut préserver le viaduc parce qu'il est "beau", mais pour la nouvelle génération, c'est juste un pont banal... Les tours servent à éviter l'étalement urbain. Je suis d'accord qu'une tour en béton est moche (la seule raison qui explique le vote négatif contre Taoua). Mais une tour en verre, c'est magnifique, comme la Prime Tower à Zurich. Quant à la personne qui propose de construire un chemin sous terre entre la gare Prilly-Malley et l'arrêt de métro Malley, ça coûte cher. Si tu vas en direction du Flon, St-François tu prends le 17,18. Pour aller à l'EPFL tu descends à Renens et tu prends soit le m1 soit le 31.

23.2.2016

Pourquoi ne pas mettre les bâtiments hauts au sud?

Le plan urbanistique proposé est hors normes. L’avenue du Chablais est déjà saturée. Densifier sans penser aux axes de communication est irresponsable. Le pont du Galicien est un bel ouvrage qu’il faut mettre en valeur (même si son usage fonctionnel n’est utile que pour des déchets allant à Tridel ;-)  La tour de 100 mètres est trop haute et mal placée. Elle fera de l’ombre aux bâtiments situés au nord et déjà construits. Pourquoi ne pas mettre les bâtiments hauts au sud de la parcelle, l’ombre projetée de ferait ainsi sur la gare, sur les voies de chemin-de-fers, sur une patinoire et sur Malley lumière qui abrite un fitness, des salles de cinéma et un supermarché? Bref, que des endroits qui n’ont pas besoin d’avoir directement du soleil. Il y certes quelques bureaux mais ce n’est pas comparable à du logement.

17.2.2016

Défigurer un pont historique avec un symbole de puissance?

A tous ceux qui crient contre ceux qui luttent courageusement pour avoir un débat sur un futur quartier dont tous sont d’accord de le faire évoluer, je dis: Oui on perd du temps car certains politiques et grandes entreprises veulent imposer leur vue afin de maximiser leur bénéfices en clamant la croissance et en oubliant ce que veulent vraiment les citoyens qui, n’oublions pas, en paieront une partie! Certains endroits se prêtent mieux que d’autres pour les tours. Le pont du Galicien, qui aura la plus grosse, ne s’y prête pas. DétruirDéfigurer un ponte un pont historique pour ouvrir une vue sur une tour de 100 mètre, ou est la logique? On nous présente des dessins magnifiques en dehors de la réalité en vantant les tours comme seul élément pour densifier en gardant des jardins au bas… Ils oublient certains éléments négatifs comme des coûts élevés, une consommation d’énergie supérieure et d’autres impacts. Tous ce qu’elles apportent c’est une fierté, une puissance, tel un symbole phallique à leur investisseurs et sont un exercice marketing pour vanter les capacités des bureaux d’architectes. (...) Mon espoir et que le peuple pourra participer en amont et qu’un plan urbanistique plaisant pour la majorité soit décidé, ce serait une belle preuve de démocratie directe. (...) Au fait La tour Bel Air fait 68m depuis la route de Genève et environ 54m depuis la place, c’est ça la mauvaise info des Pro Tours qui prétendent env. 100 mètres.

14.2.2016

Pourquoi pas un passage souterrain pour les piétons?

Bonjour, je ne suis pas spécialiste mais je voulais vous faire part d'un problème que je vis au quotidien dans le quartier: La circulation est déjà un enfer aux heures de sortie de travail, c'est aussi un point important si le quartier se développe. Par exemple avec le nouvel arrêt CFF qui est un grand progrès pour la mobilité, pourquoi ne pas avoir fait un passage souterrain pour les piétons qui sortent du train et vont généralement changer de trottoir pour prendre le metro . Aux heures de pointes entre le passage piéton avant le pont et le passage piéton avec feu sur demande, la circulation est stoppée toute les 20secondes ce qui occasionne un blocage de la circulation important.. Qui ne va pas s'améliorer avec le développement, si les voies de circulations ne sont pas améliorées (mais je ne vois pas comment élargir les voies actuelles.!?). ce sera un véritable enfer de bouchons permanent. Ce point a vraiment été mal pensé à mon avis.

9.2.2016

Une histoire de gros sous

ETES-VOUS AU COURANT QUE de l'aveu même d'un membre de la municipalité les promoteurs veulent rentabiliser au maximum le projet, et c'est bien sur une affaire de gros sous? Et après ça on doit faire confiance a nos politiques quand ils parlent de construire en pensant à la population! REVEILLEZ-VOUS les convaincus des tours! OUI allons de l'avant mais est-ce qu'être jeune et progressiste c'est être naïf crédule et manquer d'analyse? Nous valons mieux qu'un projet qui en mette plein les poches aux promoteurs.

8.2.2016

Transports: l'espoir est permis

En réponse au message "Un point noir: le trafic", je partage cette inquiétude de manière générale, mais je pense que le quartier prévu à Malley y répond de manière favorable. En effet, l'Ouest-lausannois n'a pas attendu la construction de tours pour connaitre des problèmes de saturationTransports: l'espoir est permis de trafic auto et la pollution qu'elle entraîne. L'étalement des constructions rend impossible la construction de transports publics efficaces, car non rentable. Ainsi, les gens résidant dans des quartiers "éclatés" ont comme choix leur voiture ou un bus passant tout les 15-20 minutes... Alors ils choisissent la voiture. Le Métro M2 lausannois a permis de réduire l'utilisation de la voiture en ville de Lausanne, et d'augmenter la proportion de l'utilisation des TP. A Malley, il y aura le tram qui rendra les transports encore plus attractifs, mais aussi une offre doublée en RER sur le réseau CFF d'ici à 2020. Est-ce que les gens utiliserons ces moyens de transports alternatifs à la voiture? Personne peut le dire avec certitude, mais l'expérience du M2 à Lausanne montre que cet espoir est permis.

3.2.2016

"Laissez-nous évoluer!"

Cette réaction a été adressée au blog "Béquilles", mais elle concerne Malley. Elle est critique par rapport aux objectifs de l'association; nous la publions ici parce que le but d'un forum est précisément d'en débattre:

 

Toujours des opposants dans cette ville… (...) Chaque fois qu’on devra construire une tour en Suisse on sera obligé de débattre 10 ans sérieusement ? Y a rien de mal dans ces tours ça fait juste un peu d’ombre pour les quelques habitants juste derrière la tour de 100m. Le seul point négatif pourrait être les embouteillages mais si les gens réfléchissent à prendre le train, bus et futur LEB sa pourrait aller mieux déjà. Et pour les bâtiments de 12-20 étages au sud de la gare je ne vois pas ce qu’il y a de mal… Et c’est normal que les plans ne montrent pas la tour de 100m vu que ce n’est pas le but… Au lieu de faire des oppositions inutiles, laissez vivre la nouvelle génération LAISSEZ-NOUS ÉVOLUER. Et vous dites qu’il faut mettre des ballons pour la hauteur de la tour comme pour Taoua: 100m c’est a peu près la hauteur de la Tour Bel-Air depuis la rue-de-Genève. (...)

3.2.2016

Un point noir: le trafic

Enfin un site qui ne relaie pas que les informations officielles et qui soulève un questionnement plus large. Un des points noirs qui me tracasse est l'augmentation notable du trafic. La Municipalité ne cesse de mettre en avant l'offre de mobilité douce (réelle) en faisant volontairement abstraction des personnes qui ne souhaiteront pas en profiter. Actuellement les axes routiers de Lausanne et de l'ouest lausannois sont déjà complètement surchargés et engorgés. Allez vous promener entre 17h et 18h à Prilly, Crissier, Bussigny, Ecublens et vous verrez des files interminables de voitures arrêtées (souvent avec le moteur allumé !) J'ose à peine imaginer le futur. La Municipalité fournira-t-elle des masques à gaz pour sortir de chez de soi ?Avec mes amitiés.

3.2.2016

"Stop aux oppositions"

STOP avec ces oppositions! Plus de dix ans que des professionnels travaillent sur ces projets et quelques citoyens ne représentant qu'une infime partie de population se permettent de s'exprimer au nom de tous. Les tours il en faut et il y en aura. Bâle et Zurich s'y sont mis depuis longtemps. En Romandie on se plaindra dans quelques temps d'avoir encore du retard sur les alémaniques. Cette plaine est parfaite pour un cluster de tours, très bien desservie en transports publics et fait sens pour des bureaux (tout en gardant une certaine mixité). Ceux qui disent que les surface commerciales libres sont déjà trop nombreuses devraient étudier ces données. Les surfaces libres sont obsolètes, mal situées et de tailles trop modestes. Il est facile de tirer quelques traits sur des cartes et imaginer des projets mais c'est une autre histoire lorsqu'on l'on doit respecter toutes les contraintes légales, économiques etc. OUI aux tours et au renouvellement de Malley! Voyez à Beaulieu ou la tour a été refusée: aucun projet en replacement et un carrefour défiguré pour plusieurs années. Allons de l'avant, embrassons le changement plutôt que de lutter contre.

Please reload