Plan partiel d'affectation Malley-Viaduc

  • Deux tours: une de 85 mètres à côté du viaduc, une de 60 mètres sur Malley-Lumières

  • 35 000 mètres carrés de surface de plancher au nord, 31 000 dans la partie sud

  • plus de mille nouveaux habitants et emplois

  • Une nouvelle place publique reliant le quartier à l'arrêt du futur tram T1

Le projet "Balcons du Viaduc" (tour de 85 m.), présenté par les bureaux 3XN (Copenhague) et Iten+Brechbühl, a remporté en décembre 2020 le concours d'architecture organisé par le maître de l'ouvrage, la société Insula.

"Malley-Phare" a été présenté en novembre 2020. La tour de 65 m. sera construite sur la partie ouest du complexe Malley-Lumières.

Contexte

 

Au printemps 2017, après le référendum facultatif sur Malley-Gare, notre association a élaboré et envoyé aux autorités un document de réflexion sur Malley-Viaduc assorti de neuf propositions. Celles-ci en ont peu tenu compte dans le préavis municipal accompagnant la mise à l'enquête du plan d'affectation partiel en automne 2018. 

 

Par conséquent, Avenir Malley s'est opposé au PPAMV. Les arguments étaient les suivants:

Hauteur, densité

Par rapport au plan d'extension de 1977, la hauteur maximale des constructions passe de 22 mètres au-dessus du niveau du ch. du Viaduc à 85 mètres au-dessus de ce niveau ! La très forte densité envisagée (2,9 en termes d'indice d'utilisation du sol ou 579 habitants et emplois à l'hectare) est comparable à celle de l'hypercentre lausannois.

Mixité, logement

40 à 50% de l'aire A sera affectée au logement (pas de mesures particulières pour le contrôle des loyers), le reste étant dévolu à un hôtel et des bureaux. L'aire B (Malley-Lumières) comprendra entre 7500 et 11 000 mètres carrés de logement, soit 25 à 35% de la surface totale pour cette aire. On s'étonne des 3500 mètres carrés de logement supplémentaires octroyés dans l'aire B, située directement au bord des voies CFF où, avertit l'étude environnementale, les risques d'accidents majeurs dus aux transports de chlore, notamment, augmenteront de façon sensible. On s'étonne davantage que l'étude des mesures protectrices soit reportée au permis de construire. Les autorités, qui brandissaient le risque d'accidents majeurs pour justifier une faible part de logements à Malley-Gare, juste au sud des voies, semblent avoir changé d'avis sans qu'on en connaisse les raisons.

Trafic

Déjà surchargé sur l'avenue du Chablais, le trafic individuel motorisé va encore augmenter. Le développement de l'offre en transports publics (tram T1) ne résoud pas les problèmes du trafic nord-sud, déjà soulevés pour Malley-Gare. Rien n'est prévu pour l'absorber ou l'alléger.

Par ailleurs, le chemin du Viaduc, bien que fermé au transit depuis la route de Renens, subira une augmentation de trafic de 1650 véhicules./jour, incompatible avec la sécurité et la tranquillité des centaines de nouveaux habitants attendus - à moins de le mettre, pour le moins, en zone 30 km./heure.

Les chemins de Bel-Orne, de Renens et du Galicien où les piétons ont, aujourd'hui déjà, du mal à se faufiler entre les (trop) nombreuses places de parc et les voitures qui foncent par ce "raccourci" vers Prilly-Centre, vont devenir invivables si des mesures de réduction de trafic et de parcage ne sont pas prises.

Espaces publics, place du Galicien

 

En 2018, notre association rejette le concept de place "à prédominance minérale" proposé par les urbanistes. Elle demande le maintien de la verdure et de la cuvette qui protègent (un peu) cette place du bruit et de la chaleur. Avenir Malley n'est pas la seule à faire cette demande, comme le montrent à la fois le rapport du pool d'experts sur les tours et les remarques entendues lors de l'atelier participatif du 1er mars 2018. 

La disparition de la station d'essence à l'est de Malley-Lumières facilitera l'accès (piéton et dépose rapide) à la halte CFF de Malley, ce qui est souhaitable. La question se pose de savoir si cette disparition dépend des 3500 mètres carrés de surface supplémentaire octroyés aux promoteurs dans la tour de l'aire B.

Viaduc du Galicien

Inscrit à l'inventaire cantonal des monuments historiques avec la note 2, le viaduc du Galicien​ "doit être conservé dans sa forme et sa substance et remis en état. Les aménagements prévus aux abords de la construction patrimoniale doivent tenir compte du lieu témoin du passé industriel du quartier", dit le règlement. C'est aussi ce que préconise le rapport d'experts sur les tours. Or les plans présentés et les simulations montrent que l'intention reste bel et bien de combler au moins partiellement les arches du viaduc. 

Avenir Malley a écrit au canton, responsable du projet de tram T1, pour demander que cet aménagement soit réétudié de manière à ne pas saccager les piles du viaduc. La réponse du canton est encourageante mais renvoie la responsabilité de détail à la commune de Prilly. Nous demandons que le plan et le règlement soient corrigés de manière à garantir concrètement la conservation du viaduc "dans sa forme et sa substance".

Rejet des oppositions, évolution du projet

Fin 2018, l'opposition d'Avenir Malley a été écartée, comme les quelque 60 autres suscitées par le projet. Se posait alors la question de la maintenir par un recours cantonal, ou de lancer un référendum contre le préavis municipal. La première voie était coûteuse pour une association vivant de dons, et ses chances d'aboutir réduites selon un avis de droit. La seconde solution était également hasardeuse peu de temps après le vote de novembre 2016 sur Malley-Gare. L'assemblée générale d'Avenir Malley a donc renoncé à ces deux voies.

Le projet lui-même a évolué d'une manière qui répond à certaines de nos propositions:

  • Réduction de la hauteur de la tour principale, de 100 mètres à 85 mètres

  • Abandon de la place "minérale" au profit d'une place végétalisée conservant, au moins partiellement, le dénivelé et donc la cuvette au pied du viaduc du Galicien

  • Maintien du dégagement au pied des arches du viaduc. Possibilité de valoriser certaines activités collectives dans les arches du viaduc (telles que la buvette de la Galicienne)

  • Organisation par le maître de l'ouvrage (Realstone-Insula) d'un concours d'architecture pour la tour de 85 mètres et la place publique

  • Intégration d'une bonne liaison piétonne avec le tram T1 dans les projets soumis au concours

Comme pour Malley-Gare, ces développements ne répondent pas aux critiques que suscitent ces projets par leur densité excessive, le "bouquet de tours", l'augmentation de trafic automobile et les demi-solutions en matière de mobilité douce. 

La comité d'Avenir Malley a néanmoins décidé de donner suite à l'invitation du maître de l'ouvrage et de déléguer un de ses membres au sein du jury.

Etat des projets début 2021, analyse

Malley-Phare

En novembre 2020, le bureau d'architecture CCHE a présenté "Malley-Phare", soit la tour de 65 mètres érigée au sud du périmètre du PPA Malley-Viaduc, au-dessus de la partie ouest du complexe Malley-Lumières. L'argument de vente de ce projet est ls structure en bois de la tour, première du genre en Suisse romande.

Notre association a examiné le dossier mis à l'enquête et décidé de ne pas y faire opposition. Elle a envoyé les observations suivantes au service d'urbanisme de Prilly:

" D'une manière générale, nous saluons les efforts réalisés en matière d'économies d'énergie, le recours au photovoltaïque et l'utilisation de bois local pour la construction. La répartition modulaire des espaces, quelques solutions originales concernant les locaux communs, le traitement des façades et la création d'un toit-terrasse accessible aux habitants sont des points positifs du projet. Il faudra veiller à ce que le "camouflage" des installations techniques sur le toit de la tour soit bien conforme aux plans présentés.

 

Deux points particuliers ont retenu notre attention, sous forme de questions.

 

1. Risque d'accidents majeurs. Ceux-ci n'étant pas négligeables selon le dossier présenté (transport de matières dangereuses sur les voies CFF, toutes proches), l'accès des pompiers est-il garanti en toutes circonstances ? Il nous a semblé, à lire les plans, que l'accès pompiers à la tour est envisagé au sud du bâtiment, c'est-à-dire dans l'endroit le plus exposé en cas de déraillement d'un train transportant des matières inflammables, toxiques ou explosives. Merci de nous rassurer sur ce point.

 

2. La couleur et la transparence des panneaux solaires apparaissant sur les images de simulation sont-elles réalistes ? Pour un bâtiment "emblématique" de cette importance misant sur une forte utilisation de l'énergie solaire en façade, et compte tenu de l'expérience limitée dont nous disposons à ce jour en Suisse, il paraît indispensable que des échantillons des matériaux effectivement utilisés soient fournis lors de l'enquête publique pour éviter de mauvaises surprises ultérieures. Là aussi, merci de nous dire si cela est le cas, sinon de le demander aux architectes et au maître de l'ouvrage. "

Nous avons reçu la réponse suivante de Fabio Leo, chef de projet développement chez CCHE:

Question 1: " Après consultation auprès de nos spécialistes en sécurité incendie et OPAM, « les accidents majeurs sur la ligne ferroviaire sont des événements extrêmement rares. La survenance simultanée d’un incendie impactant ce bâtiment (AEAI) et d’un accident majeur su la ligne ferroviaire (OPAM) est encore plus rare et n’est donc pas déterminante pour la planification. L’accès pompiers par le Sud (validé par le DDIS) pour entrer dans le bâtiment en cas d’incendie est donc OK du point de vue de l'OPAM. Le cas d’incendie dans le bâtiment est très certainement plus élevée qu'un incident ferroviaire impactant ce même bâtiment donc l'accès pompiers par le Sud pour entrer dans le bâtiment en cas de feu est plausible et compatible avec la proximité de la voie ferroviaire. En cas d’accident majeur sur la ligne ferrée, l’accès des pompiers et l’évacuation des utilisateurs du bâtiment se font par les côtés du bâtiment non touchés par l’accident majeur, des options d’accès appropriées sont possibles. "

Question 2: " Les images de simulation sont assez réalistes, nous allons utiliser des panneaux photovoltaïques avec des cellules espacées afin d’obtenir une transparence. Nous avons des échantillons au bureau, la technologie peut encore évoluer d’ici l’exécution et nous pourrions disposer encore de nouveaux produits avant la réalisation. Dans tous les cas, vus l’importance du photovoltaïques dans notre projet, nous avons prévu de produire un prototype de façade à l’échelle 1:1 qui sera soumis à l’approbation de la Commune avant la réalisation."

Tour de 85 mètres ("Les Balcons du Viaduc")

Ce qui n'était pas évident au début du concours l'est devenu grâce à notre insistance et aussi, il faut le dire, celle de la commune de Prilly et du service vaudois des monuments historiques: la topographie particulière (en cuvette) des lieux et un dégagement minimum autour des arches du viaduc sont acquis. De même, la nécessité d'aménager une place publique donnant une place prépondérante à la végétation, autant que possible en pleine terre, a été comprise par la plupart des concurrents (une quinzaine).

Au terme de deux séances, le choix final s'est porté, le 11 décembre 2020, sur le projet "Balcons du Viaduc" présenté par les bureaux 3XN (Copenhague) et Iten+Brechbühl (Bâle, succursale à Lausanne). L'illustration au haut de la page donne une idée de la tour de 85 mètres. L'aspect de la place et ceux des bâtiments existants La Bâloise et du badminton (maintenus et rafraîchis dans ce projet) sont susceptibles d'évoluer.

Le jury a choisi "Balcons du Viaduc". Avenir Malley ne s'est pas rallié pas à ce choix. Malgré certaines qualités (structure de la tour en bois, façades évitant le cliché "verre-acier" des tours commerciales usuelles, consommation réduite d'énergie grise pour la construction), le projet présente plusieurs défauts majeurs:

- La liaison nord-sud, sous les arches du viaduc, avec le futur tram T1 est très mal traitée, inacceptable en l'état.

- La végétalisation de la place, expressément exigée par le concours, est surtout décorative et à la limite du non-respect du règlement.

- Les bâtiments Bâloise et badminton, conservés dans ce projet et très peu esthétiques, n'ont fait l'objet d'aucune proposition d'amélioration / rafraîchissement et choquent à côté de la tour.

- Le concept énergétique est correct, sans plus.

 

- La tour elle-même n'enthousiasme pas (sans parler des critiques que soulève ce type de constructions en général, sur lesquelles nous ne revenons pas ici). Assez "suisse" au fond, pas vraiment le "repère emblématique" annoncé. Le bureau 3XN, notamment, nous avait habitués à mieux.